Vous avez une notification : "Antoine de la compta veut être ami avec vous sur Facebook." Problème, vous n’êtes pas vraiment proche de lui. Alors faut-il l’intégrer à votre réseau ? « C’est délicat, concède Marc Fanelli-Isla, auteur du Guide pratique des réseaux sociaux. En refusant une demande de mise en relation, on court le risque de se mettre à dos ses collègues de travail. Mais les ajouter revient à leur ouvrir la porte de notre vie privée. Avec tous les dangers que cela représente."

D’ailleurs, certains y ont laissé leur job. En 2010, deux cadres d’Alten ont été licenciés pour avoir critiqué leurs supérieurs sur Facebook. Un "ami" présent sur le réseau social avait envoyé à la direction une capture écran des messages échangés. "Si vous dénigrez votre employeur sur Facebook, même dans le cadre de messages privés, vous dérogez à l’obligation de loyauté que vous avez envers votre entreprise, explique Isabelle Boukhris, avocate spécialiste en droit du travail. Vous pouvez être viré pour faute grave."

Ouvrir deux comptes

Que faire pour se protéger ? "N’écrivez jamais rien de négatif à l’encontre de votre entreprise, insiste Isabelle Boukhris. Pour le juge, la preuve écrite a une valeur importante."

Et apprenez à utiliser Facebook. "Créez des listes de contacts pour limiter l’accès à vos photos et à vos statuts", conseille Marc Fanelli-Isla. Mais avec le flux d’actualité (en haut à gauche de votre écran), tout le monde peut voir en temps réel ce que vous postez. Même les blacklistés. Pour y remédier, ouvrez un compte professionnel. Vous y ajouterez vos collègues de bureau et toutes les personnes liées à la vie de votre entreprise. "Utilisez-le pour mettre en valeur vos compétences", suggère Marc Fanelli-Isla.

Ceux qui veulent se simplifier la tâche peuvent aussi désactiver leur nom dans le moteur de recherche de Facebook. Ou utiliser un pseudonyme. Sur le Web comme ailleurs, pour vivre heureux, vivez cachez.