C'est la nouvelle menace qui met le Japon sur les dents. Quelques jours après le passage du typhon meurtrier Wipha, l'un des plus forts de cette dernière décennie, l'archipel est à nouveau dans l'œil du cyclone. Le typhon Francisco, comme l'ont baptisé les services météorologiques américains, s'approche à une vitesse de 10 km/heure. Actuellement au dessus du Pacifique, à l'est des Philippines, il devrait toucher jeudi matin l'île d'Okinawa, à l'extrême sud de l'archipel. Ce phénomène jugé "très puissant" par les experts déplace déjà des vents à 200 km/h en rafales. Ce sera le vingt-septième typhon de la saison en Asie.

"Il faut faire vite"

Sur l'île d'Oshima, balayée par les vents du typhon Wipha mercredi dernier, on redoute la tempête à venir. Il faut faire vite car "un nouveau typhon approche et on s'attend à de nouvelles trombes d'eau", a prévenu le maire de cette île située à 120 kilomètres au sud de Tokyo, à l'adresse des secouristes à pied d'œuvre pour retrouver les 19 personnes manquant toujours à l'appel (au total, 29 morts ont été pour le moment dénombrés à Tokyo et dans le reste du pays). Ce week-end, ils ont déjà dû interrompre leurs opérations en raison de conditions météo exécrables, qui ont également empêché le Premier ministre Shinzo Abe de se rendre sur place.

Cette nouvelle menace intervient sur fond de révélations à propos des dommages provoqués par Wipha. Après avoir indiqué dans un premier temps que le typhon qui a arrosé le sud et l'est de l'archipel n'avait pas causé de dégâts à Fukushima-Daiichi, Tokyo Electric Power (Tepco) a reconnu lundi que la centrale nucléaire avait en réalité connu plusieurs problèmes. L'eau de pluie aurait débordé des zones où sont installés des réservoirs de stockage de liquide radioactif, pour s'écouler vers la mer. Mais les degrés de contamination et quantités restent inconnus. Guère rassurant à l'approche de Francisco.