"Le contrat de mariage est prêt", assurait la semaine dernière François Bayrou, tout heureux du rapprochement bien engagé avec Jean-Louis Borloo. Mais le patron du MoDem et celui de l'UDI, qui semblaient définitivement brouillés depuis l'éclatement de l'UDF en 2007, ont encore quelques ultimes détails à régler avant d'officialiser leur alliance.

La date
La cérémonie de rapprochement est imminente. Elle devrait avoir lieu après les vacances de la Toussaint : Le Journal du Dimanche avance la date d'une grande conférence de presse lundi ou mardi prochain. Les deux leaders pourraient ensuite apparaître côté à côte lors d'un JT de 20 heures.

Le nom
C'est une inconnue de taille : comment cette grande formation centriste sera-t-elle baptisée ? Jean-Louis Borloo la présente comme "l'alternative" au Front national, entre la crise de leadership à l'UMP et le désenchantement au PS. Il a laissé entendre que c'est ce nom qui pourrait être choisi. Les marques MoDem et UDI devraient toutefois perdurer. "Aucune des deux formations ne veut perdre son identité", déclarait récemment François Bayrou dans une interview à metronews.

La dote
Le contenu de l'accord reste en grande partie secret. Il est convenu depuis le début qu'il concerne des listes communes aux municipales et, surtout, aux européennes. Mais aussi qu'il y ait un candidat centriste unique à la présidentielle de 2017. Sur le fond, le Nouveau centre de Hervé Morin a adopté samedi une déclaration spécifiant que le "rassemblement des centristes devait se situer dans l'opposition constructive à la majorité présidentielle." François Bayrou, qui avait appelé à voter pour François Hollande au second tour de 2012, mais qui multiplie désormais les attaques contre le chef de l'Etat, devrait y consentir sans difficulté.