Faites ce que je dis, pas ce que je fais. C'est la règle qu'applique François Hollande à ses ministres fonctionnaires, montre l'information révélée ce vendredi par Marianne. L'hebdomadaire rapporte en effet que le président de la République, magistrat à la Cour des comptes de profession, n'a pas demandé à être mis en disponibilité pour assurer son mandat de président de la République. Simplement "détaché", il continue donc de cumuler ses points retraite.

Or pour les ministres, il en va tout autrement depuis l'affaire Cahuzac, qui avait poussé le gouvernement à faire instituer de nouvelles règles de transparence de la vie publique. Depuis le 1er octobre dernier (date de l'entrée en vigueur de la loi votée le 11 octobre 2013), les fonctionnaires qui sont élus ou nommés au gouvernement ont ainsi l'obligation de se mettre en disponibilité, et non plus en simple détachement. Ce qui ne leur permet pas, précise la nouvelle loi, "d'acquérir de droits à l'avancement et de droits à pension".

François Hollande cumulerait plus de 35.000 euros de retraite

Contactée par metronews, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) confirme que cette règle ne s'applique pas au Président. "C’est donc le droit commun qui s’applique", a expliqué la Cour des comptes à Marianne. Un droit dont avait déjà profité, en son temps, Jacques Chirac, rappelle l'hebdomadaire. Fermez le ban ? Pas tout à fait...

S'il n'a aucune obligation de s'aligner sur ses ministres, il se trouve que François Hollande avait promis de le faire. Avant le vote de la loi, le ministre délégué des relations avec le Parlement d'alors, Alain Vidalies, avait ainsi annoncé : "Le président de la République m'a fait savoir que si nous votons cette disposition pour les parlementaires, immédiatement il se l'appliquera à lui-même et il se mettra en disponibilité". Une promesse cohérente avec la "République exemplaire" prônée par le président socialiste.

Au total, calcule Marianne, l'ensemble des retraites et des avantages liés à ses multiples anciennes fonctions (magistrat à la cour des Comptes + conseiller général + maire + conseiller général + Président) dont bénéficiera François Hollande quand il quittera l'Elysée, lui assureront une rente de plus de 35.000 euros. Un cumul qui fait tache, pour quelqu'un qui a fait son cheval de bataille de la lutte... contre le cumul des mandats.

>> VIDEO - La promesse de François Hollande relayée par Alain Vidalies le 18 juin 2013 sur RTL (à partir de 7'11) :