Une nouvelle fois, François Hollande s'est appliqué à défendre coûte que coûte sa stratégie économique. Le chef de l'Etat était l'invité de l'émission "Capital", ce dimanche soir sur M6, pour un exercice de pédagogie délicat, alors que les mauvaises nouvelles s'accumulent, notamment sur les fronts de la croissance et de l'emploi. Voici les annonces marquantes de son intervention.

Retraites
François Hollande a confirmé que le gouvernement allait augmenter la durée de cotisation pour l'obtention des droits à la retraite afin de "suivre" l'évolution de l'espérance de vie. "Dès lors que nous vivons plus longtemps, notre durée de cotisation doit suivre".

Affaire Tapie
François Hollande a indiqué que le patron d'Orange, Stéphane Richard, resterait à la tête de l'entreprise malgré sa mise en examen. Le patron de l'opérateur est mis en cause en tant qu'ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde à l'Economie pour son implication dans le choix du recours à un arbitrage privé dans le conflit opposant Bernard Tapie au Crédit lyonnais.

Comptes en Suisse
"Qu'il donne les noms !" C'est ainsi que le chef de l'Etat a réagi à propos des affirmations de Pierre Condamin-Gerbier, ancien cadre de la banque suisse Reyl. Ce témoin dans l'affaire Cahuzac affirme qu'une quinzaine d'hommes politiques, de l'ancien ou de l'actuel gouvernement, ont des comptes en Suisse. "Tout doit être donné et ce monsieur là est obligé de donner ces informations, je suppose qu'un juge va le convoquer". A la question de savoir s'il était inquiet au sujet de cette liste, François Hollande a répondu : "Pas du tout."

Emploi
Confronté aux prévisions pessimistes des experts, notamment de l'OCDE, le Président maintient contre vents et marées son objectif d'inverser la courbe du chômage à la fin de l'année. "Les réformes ont été lancées", assure-t-il, citant "le pacte de compétitivité", "les emplois d'avenir et les contrats de génération". Des solutions de retour à l'emploi de nature qui permettront selon lui de "donner du pouvoir d'achat". Le président de la République s'est engagé aussi à "faire davantage" pour l'apprentissage et pour que "Pôle emploi soit plus efficace".

Logement
François Hollande a annoncé dimanche la mise en place d'un abattement exceptionnel pour 2014 sur les plus-values de cessions immobilières, pour ramener de la fluidité sur le marché. "On n'aura plus besoin d'attendre 30 ans pour être exonéré d'impôt" lors d'une cession immobilière. "On va ramener ça à 22 ans, ce qui était le système précédent, et il y aura même un abattement exceptionnel pour l'année 2014."

Pouvoir d'achat
Interrogé sur un éventuel coup de pouce au salaire minimum, en plus de la revalorisation légalement prévue le 1er juillet en fonction de l'inflation, François Hollande l'a exclu "pour l'instant". Concernant les "charges" qui pèsent sur les ménages, le chef de l'Etat a notamment mis en avant l'encadrement des loyers : "c'est du pouvoir d'achat supplémentaire". "Les prix de l'électricité et du gaz ont beaucoup augmenté ces dernières années. Sur le gaz, on a stabilisé depuis le début de l'année, c'est une manière de donner du pouvoir d'achat", a-t-il ajouté, citant aussi "la loi bancaire (qui) va diminuer les frais de commission des banques".

Crise
"Ce n'est pas le rythme des réformes qui est jugé trop lent, ce sont les résultats qui tardent", a assuré le chef de l'Etat, excluant avoir été dépassé par la crise. "Vous croyez que je ne l'ai pas vue, la crise ? (…) Je l'ai prise en pleine face pendant la campagne présidentielle, ensuite le vent a soufflé plus fort".