Frigide Barjot semble ne rien vouloir lâcher. Avant la grande manifestation du 26 mai en France, la chef de file des opposants au mariage gay se rend mercredi et jeudi au Maroc pour parler mariage gay et théorie du genre. " Sa visite a été organisée suite aux nombreuses sollicitations et interrogations des parents d’élèves français mais aussi marocains dans les écoles françaises au Maroc", explique Hugues de Monterno membre de "Manif pour tous" Maroc au site yabiladi. Selon lui, les parents sont très préoccupés par la volonté du gouvernement français de faire la "promotion de la théorie des genres, dès le primaire".

"Un enfant musulman pourrait être adopté par une paire d'homosexuels"

Frigide Barjot doit donc rencontrer des acteurs de la société civile marocaine et une large conférence sera organisée pour "échanger avec les parents d’élèves". La Manif pour tous s'oppose farouchement à l'idée selon laquelle il n’y a "pas de sexualité normale et que toutes les sexualités se valent", explique Hugues de Monterno. "Nous estimons que ce n’est pas à l’école de promouvoir ce genre de choses, surtout pour des enfants du primaire qui sont extrêmement malléables », explique-t-il.

Une visite qui s'inscrit dans la tentative de drague par Frigide Barjot de la communauté musulmane. "On sera deux millions mais on ne le sera pas sans vous (musulmans) ! Vous êtes ceux qui feront basculer la loi », avait-elle ainsi lancé fin mars. Et les arguments de la Manif pour tous au Maroc sont osés. "Le risque est évident : un enfant musulman pourrait être adopté par une paire d'homosexuels "mariés" si jamais la loi passait", s’insurge le collectif du Royaume.

Les deux gays arrêtés au Maroc, "pas très prudents"

Sur Rue89, un étudiant marocain n’a pas manqué d’interpeller l’opposante la plus célèbre au mariage gay et d’alerter sur la condition des homosexuels au Maroc. En effet, la loi marocaine punit de 6 mois à trois ans de prison quiconque commet un acte contre nature avec une personne du même sexe. "Pourrais-tu prendre position, au Maroc, contre la pénalisation de l’homosexualité entre adultes consentants ? Pourrais-tu leur expliquer qu’on peut s’opposer à la théorie du genre et au mariage homo et en même temps être aussi contre une pénalisation de l’homosexualité ? Leur dire qu’il n’est plus acceptable que des homosexuels soient encore emprisonnés dans ce pays ?", demande l’étudiant marocain en cinéma à Frigide Barjot.

Frigide Barjot a répondu au site et s’est voulue rassurante : "je te promets que je leur dirai que je suis autant porte-parole des familles, que des homosexuels qui sont aujourd’hui, ici et ailleurs, persécutés parce qu’ils sont nés ainsi, sans avoir rien choisi (...) Je demanderai publiquement la clémence de la justice marocaine". Mais ses promesses ont été ponctuées par des propos surprenants. "Je dirai aussi, que bien que ces deux jeunes qui se sont embrassés en public, n’ont pas été très prudents dans un pays si sévère, ils doivent sortir de prison. L’amour ne peut être emprisonné, mais il doit pudeur garder". En somme, condamner sans condamner.