Le langage diplomatique est une précaution superflue pour le PDG de Titan International, Maurice M. Taylor Jr. Dans une lettre adressée à Arnaud Montebourg le 8 février et reproduite par Les Echos (ci-dessous), le patron de ce fabricant de pneus agricoles américain expose vertement les raisons de son refus de reprendre l'usine Goodyear d'Amiens Nord. "Les travailleurs français (de l'usine, ndlr) touchent de hauts salaires mais ne travaillent que trois heures par jour, estime-t-il. Ils ont une heure pour leurs pauses et le déjeuner, parlent trois heures et travaillent trois heures", ajoute durement le PDG.

Le groupe avait été évoqué pour racheter l'usine à la dérive, alors que son offre de reprise partielle avait été ardemment combattue par la CGT. A nouveau annoncé à la table des négociations quelques temps plus tard, Titan avait alors définitivement battu en retraite: "Pensez-vous que nous sommes à ce point stupides?", réagit le patron américain dans sa lettre ajoutant "Nous avons l'argent et le et le talent pour produire des pneus. Qu'a le syndicat fou? Il a le gouvernement français". Une sacrée déconvenue pour Arnaud Montebourg, qui avait été forcé d'annoncer sa défaite le 11 février.