C'est une découverte que tout le monde aimerait faire. En Grèce, un groupe d'enfants d'une dizaine d'années jouait dans un immeuble abandonné de Ioannina, dans le nord-ouest du pays, quand ils sont tombés sur un sac. Pas un sac-poubelle rempli de détritus, non, mais un sac contenant environ 43 000 euros en petites coupures, ce qui correspond à près de 40 Smic net.

Ni une ni deux, les garnements ont commencé à utiliser les billets de banque comme jouet, allant même jusqu'à les déchirer. Ce sont les voisins, qui, voyant cette atteinte insupportable au système financier européen, ont décidé d'alerter les gardiens de la paix.

Un magot oublié

Une fois sur place, la police a constaté l'authenticité du magot et a immédiatement cherché à identifier son heureux propriétaire. Il s'est avéré que ce dernier était en fait une retraitée âgée de 83 ans qui possédait l'immeuble abandonné. C'est d'ailleurs dans ce dernier qu'elle avait eu l'idée lumineuse de dissimuler ses économies retirées de la banque il y trois ans par crainte d'un effondrement du système financier.

L'octogénaire a affirmé ne plus se souvenir précisément du montant dissimulé dans le bâtiment, situé près de là où elle vit, l'estimant entre 50 000 et 70 000 euros. Mais cette paisible senior n'est pas la seule à agir de la sorte. Depuis la crise économique qui a frappé la Grèce en 2010, de nombreux Hellènes ont choisi de mettre leurs économies à l'abri, loin des banques du pays, soit en les transférant à l'étranger, soit en les cachant à domicile. Les ventes de coffres-forts ont ainsi sensiblement augmenté depuis 2010.