Son histoire fait la Une des journaux grecs depuis trois jours. Les cheveux blonds, les yeux verts et la peau très claire, une fillette d'environ quatre ans a été découverte mercredi dans un camp de Roms de Farsala, dans le centre du pays. Depuis, la Grèce se passionne pour celle qu'elle surnomme "l'ange blond" et tente de découvrir son identité.

Les enquêteurs piétinent en effet depuis mercredi, quand ils découvrent la fillette au hasard d'une visite de routine. Intrigués par sa blondeur, les policiers ont procédé à des analyses ADN qui ont démontré qu'elle n'avait aucun lien de parenté avec le couple se présentant comme ses parents. Seules certitudes : la fillette s'appelle "Maria", parle la "langue des Roms" et comprend le grec. Mais le discours des faux parents, un homme de 39 ans et une femme de 40 ans, ne convainc pas les autorités.

"Plus de 8.000 appels et des milliers de mails"

Le couple a en effet changé à plusieurs reprises d'explications. Après avoir soutenu que la fillette était née d'un père canadien rencontré en Crète, ils ont affirmé avoir trouvé la fillette abandonnée à l'extérieur d'un supermarché. Dans une autre version, ils assurent l'avoir obtenue par sa mère, une Bulgare. Autre élément troublant : les parents ont déclaré 14 autres enfants dans trois villes différentes. Autant de raisons qui ont poussé les autorités à placer en détention provisoire le couple pour "enlèvement" et "constitution de faux papiers".

Pour tenter d'y voir plus clair, la police a diffusé les photos de la fillette. L'initiative des autorités a déclenché un déluge d'appels et de mails à l'association de protection des mineurs "Sourire de l'enfant", à laquelle les autorités ont confié la petite fille. "Dimanche soir, nous avions reçu plus de 8.000 appels et des milliers de mails", a déclaré Panagiotis Pardalis, un des responsables de l'association. Son site internet a reçu selon lui plus de 200.000 visites, et environ un demi-million sur Facebook.