Une semaine après l'extinction brutale de la radio-télévision publique grecque, les contestataires reprennent des couleurs. Le Conseil d'Etat du pays a annulé lundi soir "temporairement" la décision de fermeture unilatérale prise mardi dernier par le gouvernement.

La plus haute juridiction administrative athénienne a ordonné la réouverture de la radio-télévision publique ERT jusqu'à la constitution d'un nouvel organisme audiovisuel public. L'annonce de cette décision a été applaudie par des milliers de personnes rassemblées devant le siège de l'ERT, occupé depuis une semaine par son personnel, dans la banlieue nord d'Athènes.

Samaras réitère sa proposition

De son côté, le Premier ministre conservateur du pays, Antonis Samaras, a de nouveau proposé lundi à ses deux partenaires de la coalition gouvernementale, fâchés par une fermeture décidée sans concertation, la réouverture "transitoire" de la radio-télévision publique. Une commission composée de représentants des trois partis du gouvernement sera chargée "d'embaucher un nombre de journalistes chargés de faire fonctionner de nouveau la radio-télévision publique" jusqu'à ce que soit adopté un nouveau projet de loi sur l'audiovisuel public, selon une source gouvernementale.

Pour apaiser les dirigeants du Pasok (socialiste) et du Dimar (gauche démocratique), Antonis Samaras a également dû s'engager auprès d'eux à procéder à un remaniement ministériel dans les semaines à venir.