Neuf chauffeurs de taxis, interpellés mardi lors de la manifestation à Paris pour protester contre la concurrence des véhicules de transport avec chauffeur (VTC), sont toujours en garde à vue mercredi, selon une source judiciaire. Sept de leurs collègues ont par ailleurs été déférés en justice.

Sur ces sept chauffeurs, l'un d'eux, qui se voit reprocher des violences, devait être jugé mercredi en comparution immédiate, a précisé la source. Cinq autres ont accepté une procédure de plaider-coupable et un septième chauffeur a fait l'objet d'un rappel à la loi. On leur reproche des faits d'entrave à la circulation et de non-dispersion après sommation.

Les rassemblements avaient eu lieu porte Maillot et porte de la Chapelle à Paris, ainsi qu'aux aéroports d'Orly et de Paris. Ils se sont poursuivis mercredi malgré la nomination d'un médiateur par Matignon.