La réalité semble parfois proche des fictions catastrophe. Le chercheur controversé Yoshihiro Kawaoka a encore fait des siennes. Après avoir recréé la grippe espagnole et transformé le virus de la grippe aviaire pour le rendre transmissible d'une espèce à l'autre, il vient de prendre un nouveau risque scientifique : reconstituer en laboratoire une souche mutante de grippe H1N1, celle issue de l'oiseau et du porc, qui avait provoqué la mort de 200 000 personnes en 2009, et près de 500 000 au total depuis son apparition.

Aujourd'hui le système immunitaire de l'homme sait se protéger contre la version ancienne de la grippe A, qui ne tue presque plus. En modifiant de façon artificielle une protéine à la surface du virus le docteur Yoshihiro Kawaoka vient de sortir une nouvelle version échappant aux anticorps qui normalement, le neutralisent. Si ce virus s'échappait du laboratoire, il serait capable de s'attaquer sans ménagement à la population mondiale, entraînant un risque réel de pandémie.

Yoshihiro Kawaoka a créé ce virus tueur par anticipation

Officiellement, l'intention est louable : anticiper de possibles mutations du virus qui lui permettraient d'échapper au système immunitaire et inventer ainsi de nouveaux vaccins adaptés. L'objectif de l'étude a même été validé par le Comité de biosécurité du Wisconsin. Mais dans les faits, la manipulation artificielle du scientifique divise la communauté scientifique. Certains professionnels interrogés par le journal The Independent expriment leur vive inquiétude.

Yoshihiro Kawaoka se défend et dénonce l'exagération médiatique. Même si ce travail a été effectué dans les plus grandes conditions sécurité, quel recours possible y aurait-il si un chercheur du laboratoire, par exemple, se laisser infecter ? Les voies respiratoires atteintes, rien qu'en toussant ou éternuant, il pourrait transmettre le virus tueur à un autre homme, comme dans le cas de la grippe classique, entraînant une contamination irréversible en cascade. Ceci est encore de la fiction. Tous aux abris…

En savoir +
Le point sur les différents types de grippes