Dernière minute : Contrairement à ce qu'avait pu annoncer son entourage, François Hollande n'a pas résisté à l'appel des rues de Tulle, dans lesquelles il a déambulé pendant une bonne heure et demie.

"Ici, je suis chez moi, à l'aise, libre, sauf quand un certain nombre de manifestations se présentent" a-t-il déclaré, faisant sans doute allusion aux quelques dizaines de personnes venues l'accueillir à l'aéroport de Brive puis à la préfecture, les uns préoccupés par les gaz de schiste, les autres par le mariage gay.

Un jeune homme tout de même a réussi à lui faire passer son message directement alors que bras dessus bras dessous avec sa compagne Valérie Trierweiller il arpentait les allées d'un salon du livre pour la jeunesse. "Faudrait pas oublier d'être de gauche, Monsieur", lui a-t-il lancé tout en douceur.

Sa cote de popularité au plus bas, la courbe du chômage au sommet, l'affaire Cahuzac douloureuse pour la majorité présidentielle et celle des placements aux Caimans de Jean-Jacques Augier, son trésorier de campagne, guère plus reluisante... François Hollande était attendu samedi matin en Corrèze, dans son ancien fief électoral de Tulle. C'est la sixième fois depuis son élection que le Chef de l'Etat vient se ressourcer dans la région.

En l'occurrence, il n'est pas question de bain de foule sur le marché de la ville, ou d'aller au-devant de ses nombreux amis et connaissances sur place, mais d'honorer une promesse : celle de remettre lui-même les insignes de chevalier de la Légion d'honneur ou de l'Ordre national du mérite à huit habitants du cru. La cérémonie aura lieu à la préfecture, après quoi le président déjeunera avec des responsables politiques corréziens a-t-on appris de son entourage élyséen. Puis il regagnera la capitale. "Ce sera un week-end de travail et de réflexion qu'il entend passer pour l'essentiel à Paris avec ses collaborateurs , vu le contexte politique" a précisé la présidence.

A priori, en ces temps de crise sur plusieurs fronts, il n'est donc pas question que François Hollande inaugure une maison de retraite à Ussel ou pose la première pierre d'un centre de formation professionnelle à Brives, comme l'y avaient invité des élus locaux. Déjà, sa précédente visite en Corrèze, le 27 janvier, avait été particulièrement discrète, il est vrai à l'occasion des obsèques d'une amie.