Le cowboy Eddie Mitchell sort les flingues ce dimanche et arrose à tout-va. Interrogé par le JDD à la veille d’une série de concerts au Palais des sports de Paris, le crooner de 73 ans livre ses quatre vérités sur la classe politique hexagonale. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que "Schmoll" en a gros sur la patate.

François Hollande et Manuel Valls ? "S’ils sont de gauche, moi je suis curé", canarde le chanteur, dont les textes de son dernier album, sorti au mois d’octobre 2015, abordent de plein fouet certains problèmes sociaux. Alors que le projet de loi El Khomri sur le travail a provoqué la fronde du monde syndical et étudiant, Eddy Mitchell dit "comprendre" cette grogne. "François Hollande a été comme une bouffée d’air frais pour des millions de gens. Et il ne se passe rien, lâche 'Monsieur Eddy". Je n’ai rien contre lui personnellement, mais il fait de la peine, ce garçon. Hollande est tout le temps humilié et humiliant."

Sarkozy "enchaîne bêtise sur bêtise"

Mais si l’inoxydable chanteur dégaine sur sa gauche, il n’oublie de tirer à droite. On lui prêtait des liens avec Nicolas Sarkozy, il corrige : "Nous ne sommes pas intimes au point de parler d’amitié." Quant au retour de l’ancien président de la République dans l’arène politique, "ces derniers temps, j’ai du mal à le comprendre", admet la "Vieille canaille". L’ex de l’Elysée "enchaîne bêtise sur bêtise, il se rattrape aux branches et il n’y arrive pas." A tel point que le chanteur ne voit pas le président des Républicains concrétiser ses ambitions élyséennes l'an prochain.

Enfin, dans son mitraillage, Eddy Mitchell n’oublie pas de cibler le Front national : "Sans même parler de leur idéologie abjecte, leur programme économique comme sortir de l'euro est ridicule. Ils essaient de se donner une image respectable, personne n'est dupe. Ils ont viré le père ? La belle affaire. C'est dans les gênes." Rangez les flingues.