Vous avez consacré une bonne partie de votre vie à l'étude de la naissance de l'univers. Quel regard portez-vous sur sa fin annoncée ?
Ces annonces de fin du monde, de catastrophes cosmiques sont assez régulières. Cela incarne ne espèce de peur chez les gens et ça prend des proportions gigantesques. Cette histoire à Bugarach a débuté à partir de rien et a fini par créé un buzz qui s'auto-entretient. Tout cela manifeste une angoisse humaine à grande échelle. Mais les dangers cosmiques réels sont marginaux. Les « space watch » (les sondes observatrices, ndlr) ne prévoient rien à l'horizon immédiat. Aucune météorite frappant la terre ou explosion d'étoiles ne sont à prévoir dans un temps court. Le seul élément cosmique important réellement imprévisible c'est l'arrivée de comètes. On peut les détecter sur une année ou deux, pas plus.

Peut-on l'interpréter, selon vous, comme une envie de se faire peur ?
Peut-être. Ça remplit un besoin récurrent en tout cas, les faits sont là. On annonce une fin du monde, cela n'arrive pas mais ça ne dissuade personne d'y croire à nouveau quelques temps plus tard. C'est une espèce d'inconscient collectif qui se manifeste autour d'un événement quelconque, comme ce calendrier maya. Ce n'est pas grand-chose un calendrier. Cela n'a rien de nouveau dans l'histoire de l'humanité. Et c'est souvent une excellente affaire économique.

« Nous sommes dans une période de changement profond »

Les scientifiques ont établi plusieurs scenarii de fin du monde, de la chute d'un astéroïde géant à une invasion extraterrestre. Lequel vous semble le plus crédible?
Le plus probable, c'est celui qui est déjà là, ce qui est en train de se passer. Le réchauffement climatique, la pollution généralisée, l'érosion de la biodiversité. Nous sommes déjà plongés dedans. La question est de savoir jusqu'où cela va aller ? Ce qui est terrifiant aujourd'hui c'est l'augmentation de la température terrestre. Pourtant les gens vivent comme si tout cela n'existait pas. Si je me pose la question de savoir comment sera la Terre dans trente ans, et son habitabilité, je ne peux vous le dire.

Nous sommes dans une période de changement profond de tout ce qui touche la vie terrestre. Je crois que la vie continuera. La vie est très riche. Nous ne sommes pas en mesure d'éliminer la vie sur le globe. Mais quelles seront les adaptations, quelle sera celle de l'être humain ? C'est cela la vraie question. Les espèces qui durent sont celles qui savent s'adapter.

Dans quelle arche de Noé doit-on se mettre dès lors? Quel espoir peut-on avoir lorsqu'on a 15 ou 20 ans ?
Je ne suis pas prophète. Je ne sais pas à quoi nos enfants seront soumis mais nous sommes déjà en sursis. Nous avons une espèce d'épée de Damoclès au-dessus de nos têtes. Il faut essayer d'aider ceux qui oeuvrent pour la prise de conscience et le changement. Ne scions pas en chantant la branche sur laquelle nous somme assis.