Impressionnant. Et très handicapant. Déjà, à la naissance, les mains de ce petit garçon, aujourd’hui âgé de 8 ans, mesuraient deux fois la taille moyenne de celles des autres bébés. Elles pèsent désormais plus de 12 kilos, 30 centimètres, et entravent la vie de Kaleem. L’empêchant d'effectuer des tâches simples et vitales, comme celles de nouer ses propres lacets ou de se nourrir seul, révèle le quotidien britannique The Daily Mail.

Le petit garçon, fan de cricket, un sport très populaire en Inde, vit un calvaire auprès des autres enfants qui ne cessent de le moquer. Il est la cible de railleries depuis son plus jeune âge. "Je ne vais pas à l’école car les professeurs disent que les autres enfants sont effrayés par mes mains. Beaucoup d’entre eux me harcelaient à cause de ma malformation. Ils disaient : “Battons l’enfant avec les grandes mains”, a-t-il expliqué, ajoutant qu’il est difficile pour lui de s’habiller seul.

Des parents inquiets

Ses parents, qui ne gagnent que 19 euros par mois, ont cherché de l’aide désespérément car le couple ne possède pas assez d’argent pour le faire soigner. Son père, Shamim, 45 ans, qui travaille comme manœuvre, s'inquiète pour son fils qui ne sera jamais indépendant dans ces conditions et se blâme de ne pas pouvoir faire plus pour lui. "Il a du mal à se nourrir lui-même parce que son poignet ne se plie pas normalement, donc nous devons le nourrir."

"Nous voulions l’emmener à l'hôpital, mais il y a eu des moments où l'argent manque tellement que ma femme est forcée d'aller prier. Dans notre situation, obtenir un traitement pour Kaleem est difficile. Même quand j'ai essayé de l’inscrire à l'école, le directeur m'a demandé de mettre par écrit que l'école ne serait pas responsable si les autres enfants avaient peur de ses mains, le battaient ou riaient de lui."

Une maladie extrêmement rare

Selon le médecin local qui suit Kaleem, son état est extrêmement rare. "Je n’ai pas vu de cas similaires, dans les journaux médicaux ou sur Internet, où seules les mains grandissent de cette façon. Jusqu’à ce que nous ayons fait les bons tests génétiques, nous serons incapables de dire exactement ce qui cause cette difformité." Mais, comme ses mains continuent à grandir, sa santé est menacée. La pression exercée sur son système cardio-vasculaire raccourcissant potentiellement sa vie.

Un spécialiste de pédiatrie d’un institut près de Delhi a lui aussi été déconcerté après l'examen de photos et de vidéos des mains du garçon. Il pense néanmoins avoir identifié sa maladie, un harmatome (malformation bénigne) ou lymphangiome (malformation tumorale localisée). Toutes deux sont traitables. "Sans examen approprié, je ne peux pas en être sûr à 100 %", explique le Dr Krishan Chugh. Après avoir appris ces nouvelles du spécialiste, les parents de Kaleem ont retrouvé un peu d’espoir et redoublent d’efforts pour trouver de l’argent. "Nous n’avons pas encore réussi à en obtenir. Mais j'ai le sentiment qu’il y a une façon d'obtenir les moyens de donner la possibilité d'une vie normale à mon fils."