Nouvelle affaire de viol collectif en Inde. Après l'arrestation de deux suspects mercredi, la police indienne est toujours à la recherche de six hommes à New Dehli. "Nous avons déjà arrêté deux des huit suspects dans cette affaire et nous menons des descentes dans différents endroits pour mettre la main sur les autres", a affirmé à l'AFP un commissaire de police de Delhi, Alok Kumar, ajoutant que les suspects sont "de jeunes hommes, pour la plupart des vagabonds". L'arrestation fait suite à une sordide affaire, survenue la veille au soir dans le centre de la ville.

En fin de journée, une touriste danoise âgée de 51 ans, perdue dans le quartier proche de la gare, s'est approchée d'un groupe d'hommes pour demander son chemin alors qu'elle tentait de regagner son hôtel. Selon son témoignage, plusieurs d'entre eux, armés d'un couteau, l'ont alors emmenée dans un endroit isolé où ils l'ont séquestrée. La victime, battue et dépouillée de ses affaires, aurait alors subi plusieurs agressions sexuelles. Un calvaire qui a duré près de trois heures.

De nombreux cas similaires

Dans des conditions encore inconnues, la victime a pu s'en sortir et rejoindre son hôtel vers 20h30. "Elle est d'abord venue à la réception me dire qu'elle avait besoin de 200 roupies pour le chauffeur parce qu'elle avait été victime d'un vol", témoigne le réceptionniste. Ce n'est qu'ensuite que la victime est allée déposer plainte auprès des autorités, "traumatisée" selon la police. Elle n'a toutefois "pas voulu subir d'examen médical" pour confirmer le viol. Après avoir été prise en charge par l'ambassade du Danemark, qui a confirmé les faits, la victime a quitté l'Inde. Elle était arrivée à New Dehli lundi avec une amie, après un périple d'une semaine en Inde.

Cette nouvelle agression sexuelle intervient une dizaine de jours après le viol présumé d'une Polonaise, droguée et violée par un chauffeur de taxi alors qu'elle se rendait dans la capitale avec sa fille de deux ans. Le drame ravive aussi une plaie toujours ouverte, un an après le viol en réunion dans la capitale d'une étudiante, décédée de ses blessures. Le fait divers avait jeté une lumière crue sur les violences infligées aux femmes et avait conduit à un important mouvement de protestation en Inde. Depuis, cependant, les cas d'agressions et de viols brutaux continuent de remplir les pages de la presse indienne : dimanche, une écolière a ainsi été violée par huit hommes à Ranchi, dans l'est du pays.