Au lendemain de la découverte du corps dans des branchages à l'arrière de la Cité Universitaire de Paris (14e), l'enquête des policiers s'oriente vers le suicide. Selon nos informations, l'autopsie du cadavre, réalisée ce mardi 23 février, privilégie plutôt la thèse d'un geste de désespoir. "La thèse du suicide est privilégiée. Mais aucune piste n'est écartée", indique à metronews une source policière.

Ce que confirme une source judiciaire : "On s'oriente plutôt vers le suicide". "Des éléments de personnalité de la victime, qui a été identifiée, permettent de l'affirmer", a précisé cette source sans détailler davantage. Par ailleurs, un couteau de type opinel, retrouvé lors de la levée du corps, permettrait d'appuyer cette thèse. Enfin, aucune "trace de coups ou de lésions de défense" n'a été constatée par le médecin légiste. La cause de la mort est attribuée à une unique plaie située au niveau du cou.

Une plaie au cou

Le cadavre de cet homme de 50 ans avait été retrouvé lundi dans l'après-midi dans des bosquets à l'arrière de la Cité Universitaire de Paris. Le corps gisait dans une "mare de sang", avaient indiqué des sources policières. Dans un premier temps, ces mêmes sources avaient fait état d'une "mort violente", peut-être "par égorgement", une plaie au niveau du cou ayant été constatée.

L'enquête est toujours confiée à la brigade criminelle, le temps que les policiers établissent formellement et définitivement la nature de la mort.