Les policiers ont-ils le droit de placer sous scellé un téléphone portable 48 heures après l’avoir eu entre les mains ? Oui, a tranché ce mercredi 30 mars la chambre criminelle de la Cour de cassation, a appris metronews de source judiciaire. La plus haute juridiction était saisie d’une requête de Jonathan Guyot, le principal suspect dans l’affaire du vol de cocaïne dans les locaux du 36, Quai des Orfèvres à Paris, dans la nuit du 24 au 25 juillet 2014. Son avocat avait demandé à la justice d’annuler une partie de la procédure de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), la "police des polices", au motif que le téléphone portable de son client n’avait été mis sous scellé que 48 heures après la saisie par les enquêteurs.

La procédure de l’IGPN validée

Dans l’arrêt, consulté par metronews, si les juges reconnaissent effectivement que le placement sous scellés n’a été réalisé que le 4 août 2014, soit bien deux jours après sa confiscation lors de la fouille de sécurité au début de sa garde à vue, ils estiment que cette "tardiveté ne [lui] faisait pas grief". La justice assure aussi "qu’il n’existe aucun doute sur l’identité du téléphone saisi" et que donc, la procédure montée par les enquêteurs de l’IGPN n’est pas entachée de nullité.

EN SAVOIR + >> Jonathan Guyot se tourne vers la Cour de cassation pour annuler une partie de la procédure

Ce point de procédure, relativement technique, aurait laissé entrevoir une issue plus clémente pour le policier soupçonné d’être l’auteur du vol de la drogue au sein de la prestigieuse brigade des stupéfiants de la police judiciaire parisienne. Car parmi les 32.895 images, 793 vidéos, 209 audios, 86 mails, 12.902 SMS, 651 MMS et 2562 contacts extraits de son téléphone portable, les enquêteurs avaient retrouvé un certain nombre de messages troublants où Jonathan Guyot faisait mention de "choco", diminutif de "chocolat" qui désigne, dans le langage des trafiquants, de la résine de cannabis. Surtout, c’est dans ses contacts que les policiers se sont aperçus qu’il était en lien avec certains d’entre eux.

Une tentative de suicide en prison

Neuf autres personnes sont poursuivies dans l’enquête sur le vol de cocaïne du "36", dont l’épouse de Jonathan Guyot et cinq policiers. D’importantes sommes d’argent en liquide ont été retrouvées au domicile du policier : 9000 euros chez lui, 16.000 euros dans un de ses sacs à dos. Son propre frère a reconnu en outre avoir récupéré 200.000 euros, entreposés chez un proche de l’ex-brigadier, et les avoir cachés au fond et autour du lac de Créteil.

La drogue volée n'a jamais été retrouvée. L'enquête tentaculaire a révélé une organisation complexe. Jonathan Guyot a été reconnu par ses collègues sur des images de vidéosurveillance à l'entrée et à la sortie de la PJ le soir du vol. L'ex-brigadier, qui a fait une tentative de suicide en prison, a toujours nié les faits qui lui sont reprochés. Ce revers judiciaire le rapproche un peu plus du tribunal correctionnel. Son avocat, Bertrand Bruman, n’était pas dans l’immédiat joignable.

A LIRE AUSSI >> Vol de cocaïne au 36 : un coup de théâtre nommé Rocancourt