Pour Mediapart, c'est une bonne journée, non ?
Toute une partie de la presse, après avoir refusé de prendre au sérieux les informations de Mediapart, va maintenant accabler Jérôme Cahuzac. Mais je vous le dis : ce ne sera pas le cas de Mediapart. On essaie tout simplement de comprendre. Nos informations ont maintenant été validées par le principal intéressé, il s'agit maintenant de comprendre. Pourquoi a-t-il menti, à quoi servaient ces comptes, et d'où venait cet argent ? Ce sont les seules questions qui nous intéressent.

Ses aveux ont surpris tout le monde...
Cela doit interpeller d'abord ceux qui ont cru ses mensonges. Il est quand même stupéfiant d'avoir une République où il suffit de jurer les yeux dans les yeux face à des faits documentés faits par une enquête loyale et sérieuse de journalistes, pour nier des faits posés sur la table. Cela pose le problème de notre culture démocratique, qu'il s’agisse de nos politiques ou d'une partie de notre système médiatique.

Pourquoi a-t-il menti si longtemps selon vous ?
A un moment, il s'est retrouvé face à la vérité des faits. Mais je persiste à penser qu'il ne se serait pas enfermé dans on mensonge sans le concours du système politique et médiatique. S'ils avaient posé les bonnes questions depuis les révélations de Mediapart, Jérôme Cahuzac ne se serait pas ainsi enfermé dans son mensonge.