A quelques semaines du centenaire de l’insurrection irlandaise, les autorités redoutent le pire. Un groupuscule se présentant comme l'Armée républicaine irlandaise (IRA), plus connu sous le nom de "nouvelle IRA", a revendiqué lundi l'attaque, vendredi à Belfast, contre un gardien de prison. Malgré une série d’interpellations, la police n’exclut plus une vague de violence.

L’attaque a visé vendredi au petit matin un homme de 52 ans. Un engin explosif artisanal a soufflé sa camionnette, blessant grièvement ce gardien de prison. Un acte mystérieux, jusqu’à ce lundi et un communiqué de presse remis à la BBC : selon ce document, l'homme a été spécifiquement visé parce qu'il était impliqué dans l'entraînement d'autres gardiens de la prison de Maghaberry où des dissidents républicains sont emprisonnés.

Marquer de manière "sinistre" le centième anniversaire

Un porte-parole de l’IRA a précisé à la BBC que cette attaque était le résultat d'un conflit entre des détenus et les responsables de l'établissement sur leurs conditions de détention. Un conflit ancien, puisque ce groupe est déjà responsable du meurtre d'un autre gardien de prison en novembre 2012 et connu depuis comme étant la "nouvelle IRA". Il serait le groupe dissident le plus important actuellement en activité, selon la BBC. Quatre personnes ont d’ores et déjà été arrêtées dans cette affaire, a annoncé la police nord-irlandaise : trois hommes âgés de 34, 41 et 45 ans et une femme âgée de 34 ans.

Cette attaque sera-t-elle la première d’une série à l’occasion du centenaire de l'insurrection de 1916 contre le Royaume-Uni ? "Certaines personnes parmi les groupes dissidents républicains" veulent marquer de manière "sinistre" le centième anniversaire du soulèvement irlandais qui avait été écrasé par les troupes britanniques, a dénoncé un responsable de la police, Stephen Martin. Entre le 24 avril et le 1er mai 1916, 500 insurgés avaient trouvé la mort, 2.500 avaient été blessés et plus de 2.000 avaient été emprisonnés lors de ces événements connus aussi sous le nom d'"Insurrection de Pâques".

Si cette rébellion contre le pouvoir britannique a échoué, elle a constitué un facteur clef dans le combat des Irlandais qui a abouti à l'indépendance de la République d'Irlande en 1922. Elle a également constitué le premier pas vers le conflit nord-irlandais qui, après trois décennies de conflit entre les protestants, partisans du maintien dans la Grande-Bretagne, et les catholiques favorables au rattachement à la République d'Irlande, s’achèvera avec l’accord de paix du Vendredi-Saint en 1998.

A LIRE AUSSI >> Irlande : Gerry Adams arrêté pour un meurtre commis il y a 40 ans