Le bain de sang continue. Au quinzième jour de l'offensive israélienne sur la bande de Gaza, sept Palestiniens ont été tués mardi dans de nouveaux raids aériens, indique le porte-parole des services de secours palestiniens. Ces dernières victimes portent le bilan à 583 morts et 3640 blessés côté palestinien.

Parmi ces nouvelles victimes, cinq membres d'une même famille - dont quatre femmes - ont péri dans une série de bombardements sur le sud de l'enclave palestinienne, à Deir el-Balah. Une sixième personne est morte dans un raid sur Khan Younès, également dans le sud, et le septième a été tué par un bombardement du camp de réfugiés de Nousseirate, au centre.

>>  Gaza : plus d'enfants tués que de combattants, dénoncent les ONG <<

Mort d'un soldat franco-Israélien

Coté israélien, deux soldats ont été tués lundi au combat dans la bande de Gaza, selon les informations communiquées par l'armée mardi. Un soldat franco-israélien, originaire de la région de Lyon, a en outre été tué dimanche, précise Le Nouvel Observateur. Cela porte à 27 le nombre de militaires ayant perdu la vie depuis le début du conflit, soit trois fois plus que pendant l'opération terrestre Plomb durci menée pendant l'hiver 2008-2009.

>> Un soldat franco-israélien, originaire de Vénissieux, tué à Gaza <<

Le Caire a récemment proposé une initiative pour un cessez-le-feu, soutenue par la Ligue arabe, acceptée par Israël mais rejetée en l'état par le Hamas, froissé par le fait de ne pas avoir été consulté en amont. Le chef de la Ligue arabe Nabil al-Arabi a pressé dans la nuit de lundi à mardi le Hamas d'accepter la proposition égyptienne pour mettre fin au conflit.

Conditions du Hamas à un cessez-le-feu

Le Hamas est en revanche resté sur sa position conditionnant un cessez-le-feu "à l'arrêt de l'agression, la libération des prisonniers et la levée totale du blocus israélien" de Gaza. Pour Israël, l'objectif des bombardements est de briser la capacité du Hamas à atteindre Israël avec ses roquettes et ses combattants, en tentant de détruire les tunnels construits par le mouvement dans ce but.

Les discussions diplomatiques se multiplient dans l'espoir de conclure une trêve. Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, arrivé lundi soir dans la capitale égyptienne, a annoncé une aide de 47 millions de dollars (35 millions d'euros) pour les habitants de Gaza, lors d'un entretien avec le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon.