La vidéo, dont l'authenticité a été confirmée mercredi par la Maison-Blanche, s'intitule "Message à l'Amérique". Un message sanglant. Les djihadistes de l'Etat islamique (présents en Syrie et en Irak) ont mis en ligne mardi soir un enregistrement de l'exécution, par décapitation, d'un journaliste américain, James Foley. Agé de 40 ans, celui-ci était porté disparu en Syrie depuis fin 2012.

Les images, d'une durée d'un peu moins de cinq minutes, ont été tournées dans une zone aride, sans qu'il soit possible de dire exactement où. Elles montrent le reporter vêtu d'une tenue orange, rappelant celle des prisonniers de la base américaine de Guantanamo. James Foley est d'abord forcé de dire un message puis un homme masqué et habillé de noir s'exprime en anglais avec un accent britannique, dénonçant les frappes aériennes contre l'Etat islamique en Irak. Le bourreau tranche ensuite la gorge du reporter, dont le corps est enfin montré décapité.

"Nous n'avons jamais été aussi fiers de notre fils"

La Maison-Blanche s'est dite "horrifiée" par ce "meurtre brutal" présumé, qui rappelle la décapitation d'un autre journaliste américain, Daniel Pearl, en 2002 au Pakistan par Al-Qaïda. Rendant hommage au journaliste assassiné, Barack Obama a appelé "les gouvernements et les peuples du Moyen-Orient" à travailler ensemble à lutter contre l'Etat islamique pour "extraire ce cancer afin qu'il ne se répande pas".

La mère de James Foley a de son côté réagi sur Facebook. "Nous n'avons jamais été aussi fiers de notre fils Jim", qui a "donné sa vie en essayant de montrer au monde les souffrances du peuple syrien", a-t-elle écrit sur le réseau social, appelant les ravisseurs à "épargner la vie des autres otages".

Un autre journaliste américain, identifié comme étant Steven Sotloff, lui aussi enlevé en Syrie il y a un an, apparaît à la fin de la vidéo. Les djihadistes menacent de lui faire subir le même sort si le président américain ne met pas fin aux frappes en Irak.

EN SAVOIR +
> Le bourreau de James Foley identifié
Qui est Steven Sotloff, le journaliste menacé de mort par les djihadistes ? 
Obama attaque le "cancer" de l'Etat islamique
François Hollande se dit "révolté" par l'exécution de James Foley