Des dizaines de milliers de morts, des centaines de milliers de déplacés, des centaines de millions de dollars de dégâts... Voici le bilan de la double catastrophe - tsunami et accident nucléaire - du 11 mars 2011.

19.000 victimes de la catastrophe :
ce vendredi-là, 
à 6h46 heure française (14h46 heure locale), un séisme de magnitude 9 se produit dans l'océan Pacifique, à 130 km des côtes japonaises. C'est le tremblement de terre le plus violent qui secoue l'archipel depuis 140 ans. Le séisme provoque un tsunami meurtrier : le bilan officiel fait état de 15.880 morts et 2.694 disparus.

128.558 bâtiments détruits :
la vague qui balaye les côtes du pays atteint localement 20 mètres de hauteur. Elle rase 128.558 bâtiments et en détruit partiellement 916.883 autres.

Accident nucléaire de niveau 7 :
à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, sur la côte nord-est du japon, les systèmes de refroidissement sont noyés par l'eau. Deux réacteurs entrent en surchauffe, provoquant une catastrophe nucléaire de niveau 7, soit l'équivalent de Tchernobyl. Il faudra un mois à l'entreprises gestionnaire, Tepco, pour reprendre la situation en main.

110.000 riverains évacués :
autour de la centrale, une évacuation d'ampleur est organisée sur un rayon de 20 km. 50.000 habitants supplémentaires ont décidé de déménager par précaution. Le total équivaut au déplacement en urgence d'une ville comme Toulon.

50 réacteurs à l'arrêt :
après l'accident, toutes les centrales du pays sont arrêtées. Seuls deux réacteurs ont été relancés depuis, mais les autorités réfléchissent à en remettre d'autres en activité. Quant à la centrale sinistrée de Fukushima, les spécialistes estiment qu'il faudra 30 à 40 ans pour la démanteler.

70% plus de risques de cancer de la typhoïde :
les bébés-filles nées dans la région la plus contaminée autour de Fukushima ont vu leur risque de développer un jour cette maladie multiplié par 70%, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Après l'accident de Tchernobyl en 1986, une augmentation notable de ce type de cancers avait été notée chez les enfants de la région.

315.000 déplacés :
deux après la catastrophe, ces réfugiés de l'intérieur vivent toujours en habitat provisoire, chez des proches ou dans des constructions de fortune.

17 millions de tonnes de déchets :
moins de la moitié seulement des déchets produits par la catastrophe ont été incinérés ou stockés dans des décharges. Des montagnes de détritus continuent donc de couvrir certains littoraux. En mer, environ 3 millions et demi de tonnes de débris ont coulé et 1,5 million de tonnes ont été entraînés au large.

2.300 survivants sont morts :
si les radiations de Fukushima n'ont à ce jour officiellement tué personne, les stress et les difficultés de tous ordres engendrés par la catastrophe ont encore alourdi le bilan initial.

150 milliards d'euros pour la reconstruction :
pour rebâtir les zones détruites, un budget public de 19.000 milliards de yens a été prévu. Le premier ministre Shinzo Abe songe à l'augmenter pour accélérer les travaux.