Près d'une semaine après ses aveux, Jérôme Cahuzac s'est comme volatilisé. L'ex ministre du Budget a quitté Paris pour échapper aux médias. Pourtant, celui qui se dit "dévasté" pourrait signer son retour... à l'Assemblée.

Selon des propos rapportés par le Canard Enchainé, Jérôme Cahuzac se pose en bouc émissaire d'une classe politique qui, comme lui, ne dirait pas toujours la vérité. "Si tous ceux qui ont menti à la représentation nationale devaient quitter l'Hémicycle, il y en aurait des tonnes", aurait lâché à son entourage l'ancien patron du Budget. Et de dérouler son argumentaire : "On me dit que j'ai menti sur ma situation personnelle. Cela veut dire quoi ? Qu'il y aurait des mensonges indignes et d'autres qui seraient dignes ? Quand on ment sur ordre, et pour des raisons politiques, à l'Assemblée, est-ce digne ? A ce compte-là, j'ai menti devant l'Assemblée, sur la possibilité de réaliser 3% de déficit en 2013."

"Lui juge que ce serait bien de revenir"

Une vision des faits que semble corroborer son suppléant, Jean-Claude Gouget. Interrogé ce mercredi sur RTL, celui qui siège à l'Assemblée depuis le départ au Budget de Jérôme Cahuzac l'assure : il a "l'impression d'être un peu seul à payer". "Lui juge que ce serait bien de revenir", a précisé Jean-Claude Gouget, avant de poursuivre : "Il m'a dit 'je me laisse 15 jours de réflexion'. Ça veut dire qu'on ne le saura qu'au dernier moment. C'est à lui que ça revient, mais je lui ai bien fait entendre que pour moi, je considérais que c'était une erreur."

Toujours selon le Canard, Jérôme Cahuzac ne devrait son retour qu'à la volonté de ceux qui l'ont élu. "ll n'y a que mes électeurs ou la justice qui peuvent me priver des bancs de l'Assemblée. Or je n'ai pas été battu et je n'ai pas été, pour l'heure, déclaré inéligible", aurait-il lâché. Difficile à croire que ces derniers acceptent son retour dans l'hémicycle. Selon L'Express, l'homme serait devenu un "paria" dans sa région : le soir de son retour dans le sud-ouest, Jérôme Cahuzac aurait dormi dans sa propre voiture après qu'un ami lui aurait littéralement claqué la porte au nez.