En Grande-Bretagne, les "Men in Black" sont au chômage. Des documents top secrets rendus publics vendredi recelaient une triste nouvelle pour les amateurs d'ufologie, l'étude scientifique des objets volants non identifiés : ils révèlent que nos voisins d'Outre-Manche ont fermé il y a quatre ans leur bureau dédié aux ovnis. Dans une note de 2009 adressée au Secrétaire d'Etat à la Défense de l'époque, un fonctionnaire, Carl Mantell, explique en effet qu'"en plus de cinquante ans", les observations de soucoupes volantes rapportées au ministère n'ont "rien révélé laissant penser qu'il y avait une présence extra-terrestre ou une menace militaire pour le Royaume-Uni".

Coupure de la ligne téléphonique

Le ministère de la Défense, qui calcule avoir reçu en moyenne 150 signalements par an entre 2000 et 2007, a pourtant enregistré une forte augmentation entre début 2009 et novembre 2009, avec 520 rapports sur une période de seulement neuf mois. Mais cette augmentation pourrait être attribuée... à la vogue de faire voler des lanternes chinoises, qui apparaissent comme des lueurs dans le ciel. "L'augmentation récente de signalements" "détourne le personnel d'activités précieuses pour la défense", estime donc Carl Mantell, prônant la fermeture du bureau ovnis. Il obtiendra gain de cause, le ministère décidant finalement de clôturer la ligne téléphonique mise à la disposition du public pour signaler tout objet volant non identifié.

Ces révélations interviennent alors que c'est lundi prochain que le monde de l'ufologie se souviendra de l'Américain Kenneth Arnold, le premier homme ayant témoigné avoir vu des soucoupes volantes, en survolant les Montagnes Rocheuses, le 24 juin 1947. Est-ce un simple hasard du calendrier ou faut-il y voir une main extraterrestre ?