On le répète souvent, point de forme physique au top si on ne se bouge pas un minimum. Et là, pas besoin de courir un marathon chaque week-end pour se protéger : marcher, monter les escaliers, faire un peu de vélo, bref, tout plutôt que de rester inactif tout au long de la journée.

Car les conséquences de la sédentarité sur notre santé sont terribles : cholestérol, obésité, diabète de type 2, pathologies cardiovasculaires... Toutes ces maladies peuvent se déclencher pour peu que notre organisme ne soit pas assez sollicité. Mais il semblerait qu'un autre mal puisse être lié au manque d'activité physique : le rétrécissement du cerveau. Les chercheurs de la Boston University School of Medicine ont ainsi découvert que les personnes qui ne pratiquaient aucune activité physique voyaient leur cerveau rétrécir et leurs capacités cognitives se détériorer précocement. Explications.

► Méthodologie : des recherches sur 20 ans
Pour comprendre le rôle de l'inactivité sur les fonctions cérébrales, les chercheurs ont fait passer des tests d'effort à des volontaires âgés de 31 à 49 ans. 20 ans plus tard, ils ont été soumis à des scanners et autre IRM pour mesurer l'état de leur cerveau.

EN SAVOIR + >> Le régime méditerranéen est aussi bon pour votre cerveau

► Ce que l'étude a démontré : tous les cerveaux rétrécissent... mais pas à la même vitesse
En toute logique, les volontaires avaient vieilli et leur cerveau avait fait de même. Mais pas dans les mêmes proportions. A la base, tous les volontaires ont vu leur cerveau rétrécir d'environ 0,2% chaque année. Mais là où ils n'étaient pas égaux, c'était au niveau de leur activité physique: à chaque tranche de 20% d'activité fournie en moins s'ajoutait 0,2% de rétrécissement de la masse cérébrale. Des chiffres significatifs puisque ce vieillissement du cerveau peut entrainer, à la longue, des déficiences cognitives ainsi que des pertes de mémoires.

► Ce qu'il faut en conclure : bougez, votre cerveau vous remerciera
Cantonner la nécessité de faire du sport à la simple exigence de l'apparence physique est une hérésie. Bouger est essentiel pour garantir le bon fonctionnement de l'organisme, dans son ensemble, ainsi que nos capacités cérébrales. Nous écrivions déjà il y a quelques temps que le jogging favorisait la neurogenèse et que les personnes qui s'y adonnaient régulièrement avaient de meilleures performances cérébrales. C'est pourquoi vous devez absolument intégrer un peu (ou beaucoup) d'activité dans votre vie de tous les jours. Là encore, pas le peine d'avoir la folie des grandeurs et de vous lancer dans un programme que vous ne pourriez pas tenir : changez doucement vos habitudes en intégrant un peu de marche ou une sortie hebdomadaire à la piscine, par exemple. Vous verrez, vous y prendrez goût plus vite que vous ne le pensez.

À LIRE AUSSI
>> Trois conseils pour se remettre à courir en douceur
>> Comment la lecture stimule nos neurones

>> Trop regarder la télévision nuit à votre cerveau