Jusqu'à quel point peut-on faire du sport pendant la grossesse ? Cette question, de nombreuses futures mères se la posent. Certaines même se demandent si c'est bien recommandé. Selon une étude menée par des chercheurs de l'université de Montréal, une activité physique modérée serait plus que bénéfique pour l'enfant à naître. "Notre recherche indique que l'exercice pendant la grossesse augmente le développement du cerveau du bébé", explique dans un communiqué le professeur Dave Ellemberg, qui a dirigé l'étude.

Les travaux viennent notamment d'être présentés au congrès Neuroscience 2013 à San Diego.
"Étant donné que l'exercice a été démontré comme étant bénéfique pour le cerveau de l'adulte, nous avons supposé que cela pourrait également être bénéfique pour l'enfant à naître à travers les actions de la mère", ajoute Daniel Curier, coauteur de l'étude. Ainsi, les chercheurs ont pu établir que 20 minutes de sport, à raison de trois fois semaine pendant la grossesse, suffiraient.

Un cerveau plus mature

Pour en venir à cette conclusion, les scientifiques ont fait appel à 18 femmes enceintes en deuxième trimestre de grossesse. Ces dernières ont été assignées au hasard à deux groupes distincts : les membres du premier groupe devaient effectuer au moins 20 minutes d'exercice cardiovasculaire trois fois par semaine à une intensité modérée, ce qui devait conduire à un léger essoufflement. Les femmes du deuxième groupe devaient être sédentaires, soit ne pratiquer aucune activité physique.

Après les accouchements, l'activité cérébrale des nouveau-nés a été évaluée entre les âges de 8 et 12 jours. Lorsque l'enfant dormait, 124 électrodes étaient placées sur sa tête pour mesurer la mémoire auditive en évaluant la réaction inconsciente du cerveau à des sons répétés ou nouveaux. Les résultats ont montré que les cerveaux des bébés dont la mère a été physiquement active pendant la grossesse étaient plus matures, ce qui laisse entendre qu'ils se sont développés plus rapidement que celui des autres.

"Encourager les femmes à changer leurs habitudes"

De plus, ces derniers rappellent que la pratique d'un sport est recommandée pour la santé des futures mères (natation, marche, yoga), même s'il n'y a pas si longtemps les obstétriciens leur recommandaient de se ménager. "Le fait d'être sédentaire augmente les risques de souffrir de complications pendant la grossesse, alors qu'être actif permet de faciliter la récupération post-partum, de rendre la grossesse plus confortable et réduire le risque d'obésité chez les enfants", souligne Daniel Curier.

Pour les chercheurs, cette découverte doit devenir un véritable argument de sensibilisation. "Nous espérons que ces résultats guideront les interventions de santé publique et encourageront les femmes à changer leurs habitudes, étant donné que le simple fait de faire de l'exercice pendant la grossesse pourrait faire une différence pour l'avenir de leur enfant", conclut Dave Ellemberg. Lorsque ces mêmes enfants auront un an, une autre étude sera menée pour évaluer leur développement cognitif, moteur et langagier et vérifier si l'écart se maintient.