Vous connaissez la chanson ? "Les antibiotiques c’est pas automatique". Et pourtant. Nous sommes encore beaucoup trop nombreux à y avoir recours à tort et à travers et cela n’est pas sans conséquences.

On savait déjà qu’en abuser exposait la population à des bactéries ultra-résistantes à ces traitements. En effet, les organismes trop souvent exposés aux antibiotiques ne savent plus se défendre contre des bactéries qui ont appris, avec le temps, à résister. Autre problème on sait que prendre trop d’antibiotiques a tendance à agresser durablement la flore intestinale et à rendre ainsi le sujet plus vulnérable. Mais voilà qu’une nouvelle étude menée conjointement par deux universités américaines (Colorado et Pennsylvanie) vient mettre en lumière un autre effet pervers d’une utilisation massive : prescrits en trop grande quantité avant deux ans, les antibiotiques exposent l’enfant à un risque d’obésité décuplé. Décryptage.

 Méthodologie : une cohorte de petits Anglais en observation
Pour conduire leurs travaux sur les répercussions métaboliques des antibiotiques sur les enfants, les chercheurs ont formé une cohorte de recherche aux Royaume-Uni. Ils ont étudié les prescriptions faites aux enfants durant les deux premières années de leur vie ainsi que l’évolution de leur courbe de poids au fil des ans.

EN SAVOIR + >> Les antibiotiques endommagent pour un an la flore intestinale

► Ce que l’étude a démontré : un risque d’obésité pouvant aller jusqu’à +25%
Quand les données médicales des cobayes ont été croisées, les scientifiques ont noté une forte prévalence d’obésité chez les enfants qui s’étaient vus prescrire des antibiotiques de façon répétée avant l’âge de deux ans. Un risque de 25 % en plus de devenir obèse avec l’âge a même été observé. Un chiffre très significatif donc, qui pose question sur nos habitudes en matière de prescription.

► Ce qu’il faut en conclure : un microbiote endommagé augmente les risques de surpoids
Pour les chercheurs, le lien de cause a effet entre antibiotiques et obésité est à chercher du côté du microbiote (ou flore intestinale). Mis à rude épreuve à chaque prise d’antibiotiques, cet ensemble de bactéries amies présentes dans notre système digestif, joue un rôle clé dans notre équilibre. Si la flore intestinale nous protège contre les agressions extérieures il est désormais largement admis dans la communauté scientifique qu’elle participe également au maintien d’un poids de forme.

Mais attention aux conclusions hâtives. Il n’est pas question de bannir les antibiotiques surtout si votre médecin les prescrit à votre enfant. En cas d’infection, ils sont souvent la seule alternative pour soigner la personne qui en souffre. Mais il convient de prendre des précautions. Ainsi, face à une maladie virale ces derniers sont inefficaces et feront plus de mal que de bien. Et attention à l’automédication, ne donnez jamais à votre enfant les restes d’une prescription précédente. Pour conclure, chaque prise d’antibiotique doit s’accompagner d’une concertation avec votre médecin pour peser, au cas par cas, le pour et le contre d’un tel traitement.

A LIRE AUSSI
>>
Un régime pauvre en fibres détruit la flore intestinale
>>
Obésité : la faute au manque de bactéries intestinales ? 
>>
La publicité favorise l’obésité des enfants