L'exécution suspendue au dernier moment. L'histoire se répète pour Warren Hill, un détenu reconnu
comme "attardé mental", condamné à la peine capitale dans l'Etat de Georgie. Programmée à 19h00 locales ce lundi, son exécution a été temporairement suspendue par la justice de l'Etat, a rapporté son avocat, trois heures avant qu'elle ait lieu. Elle a cependant été reprogrammée jeudi à la même heure, afin de permettre à un tribunal d'examiner un ultime recours.

Condamné à mort après avoir tué à l'aide d'une planche à clous un prisonnier en 1990, dans la prison de Géorgie, où il purgeait une peine de réclusion à perpétuité pour le meurtre de sa compagne, Warren Hill a déjà bénéficié de deux sursis en juillet 2012 et plus récemment en février.

L'exécution des attardés mentaux interdite aux Etats-Unis

Depuis, le recours des avocats du détenu, âgé de 52 ans, avait été rejeté par trois juges d'une cour d'appel. A l'instar de différents experts médicaux, qui ont examiné Warren Hill et ont estimé qu'il avait un retard mental, trois médecins se sont finalement rangés à cet avis. Dans un premier temps, ces derniers avait pourtant estimé qu'il ne remplissait pas les critères de l'Etat de Géorgie, les plus stricts du pays, sur la reconnaissance de cet état mental. Or, une décision de la Cour suprême des Etats-Unis, rendue en 2002, interdit désormais l'exécution des malades mentaux au risque qu'elle puisse être "arbitraire".