"L'Imam de la République" refuse de céder à la peur. Tareq Oubrou, le recteur de la mosquée de Bordeaux, serait dans le collimateur des terroristes de Daech. Il aurait fait l'objet de menaces sur un site internet de propagande de l'organisation terroriste, affirme ce lundi France bleu.

Ne pas donner satisfaction aux terroristes

Connu pour ses prises de position en faveur d'un islam libéral, l'homme, imam à Bordeaux depuis les années 1990, a refusé la proposition de protection rapprochée des services de police. Tareq Oubrou a expliqué à France Bleu qu'il ne souhaite pas donner satisfaction aux terroristes et que la France ne doit pas donner une image de vulnérabilité. Et a ajouté qu'en période de difficultés économiques, il ne veut pas être une source de dépenses supplémentaires.

"Il ne faut pas céder à la peur, insiste-t-il. Il faut apprendre à vivre avec le risque pour faire face à cette peur qui est recherchée par les terroristes. Ma foi me sécurise."

Un centre contre la radicalisation inauguré

Après l'attaque contre le journal satirique Charlie Hebdo, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve l'avait choisi comme l'un des interlocuteurs privilégié pour relancer le dialogue avec les représentants des musulmans de France.

Samedi, Tareq Oubrou a inauguré à Bordeaux un Centre d'action et de prévention contre la radicalisation des individus (Capri), dont il est d'ailleurs à l'initiative. Objectif de ce centre: repérer et prendre en charge les personnes en voie de radicalisation islamiste par un collège d'experts psychologues et de représentants religieux et diffuser un contre-discours pour déconstruire les argumentaires radicaux et les théories du complot. De quoi déplaire aux terroristes.

À LIRE AUSSI
>>
Un programme de "déradicalisation" testé au tribunal de Mulhouse
>>
"Structure pour jeunes radicalisés" : de quoi parle Manuel Valls ?
>>
Au Danemark, une "cure de désintox" pour les djihadistes de retour de Syrie