C'est un chiffre qui fait froid dans le dos et qui traduit l'urgence à laquelle l'humanité doit aujourd'hui faire face. La planète n'a jamais été aussi mal en point et ses habitants n'ont jamais autant souffert de la pollution.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) sonne l'heure de la prise de conscience. Dans un communiqué publié ce mardi, elle annonce que 12,6 millions de décès en 2012 ont été liés à un environnement insalubre. C'est environ un quart des décès de la planète cette année-là. Un chiffre tout simplement vertigineux.

Des décès provoqués par des maladies dites "non transmissibles"

Les principaux responsables de ces décès selon l'OMS ?  La pollution de l’air, de l’eau et des sols, l’exposition aux substances chimiques (y compris le tabagisme passif), le changement climatique ou les rayonnements ultraviolets qui contribuent à l'augmentation des maladies dites "non transmissibles".

EN SAVOIR + >> La pollution traverse les pores de la peau

Ainsi, les accidents vasculaires cérébraux, les cardiopathies, les cancers et les affections respiratoires chroniques représentent aujourd’hui près des deux tiers des décès liés à des causes environnementales. 

Les enfants et les personnes âgées sont les plus exposés

Le docteur Margaret Chan, Directeur général de l'OMS a ainsi déclaré : "Si les pays ne prennent pas des mesures afin que les populations vivent et travaillent dans un environnement sain, des millions de personnes continueront à tomber malades et à mourir prématurément."

Autre constat alarmant, selon les travaux de l'OMS, ce sont les enfants et les personnes âgées qui sont les plus exposés aux risques environnementaux, avec un impact maximal chez les enfants de moins de 5 ans et chez les sujets âgés de 50 à 75 ans. Des mesures concrètes pour améliorer la qualité de l'environnement permettraient de sauver, chaque année, 1,7 million d’enfants de moins de 5 ans et 4,9 millions de personnes âgées de 50 à 75 ans.

EN SAVOIR + >> Pesticides : leurs effets néfastes sur la santé quasiment avérés

1,4 millions de décès par an en Europe

L'OMS a même listé le nombre de décès par régions du monde. Sans surprise, ce sont les pays les moins riches qui enregistrent le plus grand nombre de décès prématurés liés à l'environnement. 
3,8 millions de décès par an dans la région de l’Asie du Sud-Est ;
 3,5 millions de décès par an dans la région du Pacifique occidental ;
 2,2 millions de décès par an dans la région africaine ;
 1,4 million de décès par an dans la région européenne ;
 854.000 décès par an dans la région de la Méditerranée orientale ;
 847.000 décès par an dans la région des Amériques.

Il est ainsi aisé de mesurer les grandes disparités qui existent entre les différents continents. Mais on peut également conclure qu'aucune zone de la planète n'est épargnée par ce phénomène. Ainsi, même les régions les plus riches enregistrent un fort taux de cancers et de maladie cardiovasculaire.

À LIRE AUSSI
>> L'UE interdit les pesticides pour sauver les abeilles
>> "Les cancers ont doublé en 25 ans"
>> Cancer : et si on se prenait en main grâce à de petits gestes ?