C'est l'histoire d'une rencontre émouvante qui a redonné du baume au cœur à un petit garçon de 9 ans. Zalend Thames a perdu confiance en lui après avoir été amputé d'un doigt, suite à un accident domestique. Pour le soutenir, l'officier Dave Edwards et le lieutenant Brian Rackow, du département de la police de Midland au Texas, ont rencontré le petit garçon. Leur point commun : avoir également été amputé d'un doigt et d'une main.

Les deux policiers ont ainsi montré à Zalend qu'il devait continuer être fier de ce qu'il est. Et une chose est sûre : la rencontre a eu un effet positif sur le petit garçon. "Nous lui avons juste fait remarqué qu'il n'était pas le seul dans ce cas", rapporte Brian Rackow au Huffington Post. Le lieutenant de Midland a notamment perdu sa main dans une explosion lorsqu'il était en service. Une photo de la rencontre a été partagée sur Facebook la semaine dernière.

"Il a arrêté de mettre ses mains sous le bureau pour se cacher"

Une rencontre qui n'aurait pas été possible sans l'aide de la grand-mère de Zalend Thames. Cette dernière a croisé Brian Rackow à un carnaval et a tout de suite aperçu son handicap. Elle n'a pas hésité à lui demander s'il pouvait discuter avec son petit-fils pour lui redonner foi en lui. C'est ainsi que la réunion a pu avoir lieu avec l'officier Dave Edwards, qui de son côté, a perdu un doigt dans un accident au collège.

Les deux policiers ont ainsi su consoler le petit garçon. Et lui ont surtout prouvé que la vie continuait et qu'il était en mesure de participer toutes les activités qu'il aimait et qu'il pouvait même continuer à jouer au baseball. Au fur et à mesure de la rencontre, l'attitude de Zalend Thames a changé. "Il a arrêté de mettre ses mains sous le bureau pour se cacher", raconte le lieutenant Rackow.

Suite à ce beau moment de partage et de compassion, les deux policiers n'ont pas été les seuls à avoir soutenu Zalend. Après le partage de la photo sur Facebook, de nombreux utilisateurs ont partagé des photos et des histoires de leur propre amputation sur les réseaux sociaux pour l'encourager.

LA BELLE HISTOIRE D'HIER >> A 2 ans, elle appelle la police... pour qu'on l'aide à enfiler son pantalon