Une pensée un tantinet vieillie voudrait que son mariage soit le plus beau jour de la vie d'une jeune femme. Ce serait oublier, premièremement, que le jeune homme a toutes les chances de vivre la même journée que sa promise, et que, deuxièmement, d'autres membres de la famille peuvent ressentir une félicité incomparable pour l'union de deux être chers.

Le mariage ira à elle

La preuve avec l'histoire de Peg McCormack, une nonagénaire américaine habitant dans le New Jersey qui, comble de malchance, s'est brisé la cheville quelques jours avant le mariage de son petit-fils, Brian Kurtulik. Pas si grave, se dirent son petit-fils et sa future épouse, Lauren : elle ne vient pas au mariage ? Le mariage ira à elle.

Et c'est ainsi que, leurs voeux prononcés devant le pasteur, avant même d'assister à la réception en leur honneur, Lauren et Brian décidèrent de s'arrêter faire un petit coucou à l'aïeule. Forcément, pour la vieillarde, la surprise était de taille, et l'émotion de voir son premier petit-fils se marier, bien au rendez-vous. "Elle était complètement incrédule au moment où je suis entrée dans la chambre", confirme la jeune mariée à ABC News.

"J'ai enfin une petite-fille"

Mais Peg McCormack, bien involontairement, réussit pourtant à surprendre les deux tourtereaux. Ce n'est pas une dame en chemise de nuit qui les accueillit dans sa chambre, mais une femme particulièrement bien mise, en tenue pour assister à un mariage. "Pourtant, vous pouvez être certain qu'elle ne s'attendait pas à ce que nous arrivions", raconte le photographe du mariage, présent pour immortaliser l'instant.

Le moment est d'autant plus touchant que Peg, 91 ans, mourra quelques temps après le mariage. Non sans avoir enfin eu la joie de dire, en pensant à Lauren : "J'ai enfin une petite-fille".

LA BELLE HISTOIRE D'HIER >> Un couple de SDF se marie grâce à 20.000 $ de dons