Ses points forts

Un élu de secteur. Membre du conseil municipal de Marseille depuis 1983, Patrick Mennucci connaît parfaitement le climat politique de la ville. Très ancré dans l’hyper-centre marseillais, il se présente en 2007 aux législatives dans le secteur des Ier, IIe et VIIe arrondissement. Echouant de peu, il déloge en 2008 l’UMP Jean Roatta du poste de maire des Ier et VIIe arrondissements. Un ancrage dans ce secteur qu’il confirme en 2012 en remportant largement (70 % au second tour) le poste de député.

Un élu entendu par le gouvernement. Membre du bureau national du Parti socialiste, il est nommé directeur adjoint de la campagne de Ségolène Royal lors de l’élection présidentielle de 2007. Malgré la défaite de sa candidate, il se fait un nom auprès des cadors du parti, dont il garde aujourd’hui des amitiés.

Un orateur hors pair. De sa voix forte et puissante, les interventions de Patrick Mennucci lors des conseils municipaux ne passent jamais inaperçus. Ses échanges avec le maire, Jean-Claude Gaudin, ne manquent non plus pas de saveurs, l’un et l’autre ayant un goût prononcé pour le sens de la formule.

Ses points faibles

Victime d’une fronde. Président du groupe Faire gagner Marseille, Patrick Mennucci a perdu ce titre en janvier dernier suite à une fronde des élus PS au sein de ce groupe. Lui reprochant "une personnalisation de la fonction", ils lui ont demandé, de quitter la présidence.

Quels soutiens ?

Anciennement proche de Jean-Noël Guérini, il a depuis pris ses distances avec ce dernier. Souvent côte à côte avec le président de MPM Eugène Caselli sur différents dossiers, Patrick Mennucci semble bénéficier de l’estime du président de la communauté urbaine, lui-même candidat à la mairie...