Kim-Jong-un champion de la propagande. Le dictateur nord-coréen souhaite montrer une nouvelle image de son pays. Une image plus tendre. Le régime coréen a en effet annoncé, ce lundi, la publication imminente d'un rapport sur la vie "radieuse" des Nord-Coréens et sur la situation des droits de l'homme dans le pays.

Ce rapport vient répondre aux accusations accablantes de crimes contre l'humanité, témoignages à l'appui, formulées dans une enquête des Nations unies publiée en février dernier. La commission de l'ONU estimait que "des centaines de milliers de prisonniers politiques avaient péri dans des camps pendant les 50 dernières années (…), éliminés par des famines délibérées, le travail forcé, les exécutions, la torture et les viols". Des accusations que Pyongyang avait aussitôt niées en bloc.

"Se débarrasser des préjugés et incompréhensions"

Selon l'Association nord-coréenne pour les études sur les droits de l'homme, ce rapport sur la "vie radieuse" des habitants vise à mettre en lumière "les mensonges et inventions" dénoncés par les "forces hostiles" au régime communiste, classé parmi les États les plus répressifs du monde et dirigé d'une main de fer par la famille Kim.

En ripostant ainsi à l'ONU, Pyongyang souhaite également amener l'opinion publique à "se débarrasser de ses préjugés et incompréhensions" sur le pays. Notamment faire oublier aux étrangers les 80.000 à 120.000 détenus qui seraient emprisonnés dans des camps de travail forcé, que même "Google Maps" ne parvient pas à distinguer en raison du floutage des zones. Mais peut-être s'agit-il encore d'un "mensonge" inventé par les détracteurs du "commandant suprême"...