Après le buzz créé par la grosse blague de Carambar, La Poste tenterait-elle à son tour le bon vieux coup du poisson d'avril ? Le très sérieux groupe de distribution de courrier a annoncé samedi sur son site Internet "le lancement d’une offre de livraison de la presse quotidienne par drone en Auvergne." L'offre sera testée "début mai auprès de personnes volontaires", assure le communiqué, en vue d'être généralisée.

Une vingtaine de "Air Drone Postal" seront "pilotés par 20 postiers actuellement en formation", détaille la marque jaune et bleue. "Grâce à sa portée de plus de 50 mètres, l’AR.Drone postal peut facilement atteindre des zones éloignées, franchir un grillage, voler au-dessus de chiens, atteindre un étage élevé", ajoute-t-elle.

La Poste contre-attaque ?

Immédiatement relayée sur les réseaux sociaux, l'information est d'abord passée comme une lettre à la poste. Même Nikos Aliagas y est allé de son tweet exclamatif : "Etonnant !" Puis un certain nombre d'internautes ont fini par relever la coïncidence entre la surprenante annonce et l'imminence d'un certain... 1er avril. Le quotidien auvergnat La Montagne, qui a appelé samedi la direction régionale de l'entreprise, rapporte d'ailleurs que "personne n'était au courant de cette innovation".

Pour La Poste, ce buzz a peut-être été imaginé afin de reléguer au second plan la mauvaise publicité que lui a faite, en début de semaine, une enquête accablante de l'Association de consommateur UFC-Que Choisir. Celle-ci pointait notamment le fait que les facteurs prennent de moins en moins la peine de sonner chez les clients pour leur livrer un colis. "Nous nous efforçons au contraire de trouver tous les moyens possibles de rendre les lettres et les colis aux domiciles", avait répondu le groupe à Metro, sans citer le drone parmi ces moyens.

Mais c'est surtout le fabriquant du drone en question, Parrot, qui bénéficie de ce coup marketing. "Parrot s’investit sur le marché des drones grands public avec le Parrot AR.Drone, quadricoptère à réalité augmentée pilotable en Wi-Fi", vante ainsi La Poste sur son site. La marque, elle, entretient soigneusement le buzz sur Facebook et Twitter. Photos à l'appui, elle met en avant son engin repeint en bleu et jaune et qui a curieusement l'allure... d'un poisson.