D'après un sondage réalisé après que la Cour de cassation a annulé le licenciement d'une salariée voilée de la crèche privée Baby Loup, une écrasante majorité des Français est opposée au port du foulard ou du voile islamique par les employées en tout lieu privé accueillant du public, soit les commerces et supermarchés, les cabinets médicaux, les crèches et autres écoles privées.

Une distinction juridique que ne font pas les Français

Selon cette enquête de l'Ifop pour Ouest France, dont les résultats sont à paraître dimanche 24 mars, 84% des personnes interrogées se déclarent hostiles au port du voile dans les lieux privés ouverts au public, contre 12 % qui y sont indifférents et 4% qui approuvent cette tolérance qui n'a pas cours dans le secteur public. La décision récente de la plus haute juridiction française repose sur cette distinction entre les sphères publique et privée dans la philosophie du modèle français en matière de laïcité.

Or, explique l'institut de sondage, "tout se passe (...) comme si la distinction juridique entre espace public et lieu privé accueillant du public, rappelée par la Cour de cassation n'était pas opérante ou pertinente pour une écrasante majorité de la population". L'Ifop souligne que les résultats de cette enquête, "très tranchés, sont quasi identiques à [ceux mesurés] en octobre dernier concernant le port du voile ou du foulard dans les classes d'écoles publiques, auquel 89% des personnes interrogées étaient opposées". Au-delà en octobre, 63% des sondés apparaissaient plus généralement hostiles au port du voile, y compris dans la rue.

Le sujet fait consensus par delà tous les clivages

Il est frappant de constater à quel point les résultats de cette nouvelle enquête sont homogènes. L'opposition au port du voile dans les établissements privés accueillant du public "transcende les clivages politiques" avec tout de même de petites nuances. L'opposition est massive auprès des sympathisants du Front national (98%), presque aussi large chez ceux de l'UMP (92%) et sensiblement moindre, mais toujours très majoritaire chez les sondés se revendiquant de gauche. Là, parmi ceux plus ouverts sur la question, 7% des personnes interrogées se sont dites favorables au maintien de la situation actuelle et 16% indifférentes à la question.

Les avis sont tout aussi convergents en fonction du sexe, des classes d'âge ou des catégories socioprofessionnelles, ainsi 84% des hommes comme des femmes sont défavorables au port du voile dans les commerces, les écoles ou les cabinets médicaux. De même, les milieux sociaux favorisés et les plus populaires sont en phase sur le sujet : 87% parmi les CSP+ contre 87% pour le reste du panel. Il n'y a guère que l'âge qui ait une petite incidence, avec 76% d'opposés "seulement" parmi les moins de 35 ans contre 86% auprès des 65 ans et plus. En somme, résume l'Ifop, "l'opinion publique est donc dans ses multiples composantes très majoritairement en demande d'une conception beaucoup plus 'offensive' du principe de laïcité à la française".