Au pays du "paradis zoophile", avoir des relations sexuelles avec un animal n'avait rien d'illégal. Mais depuis le 21 avril, le parlement danois a enfin voté (91 voix contre 75, 5 abstentions) en faveur de l'interdiction de cette pratique. Désormais, ceux qui seront condamnés pour zoophilie encourent une peine d'un an d'emprisonnement. En cas de récidive, la sentence pourra être doublée.

Le ministre de l'Agriculture, Dan Jørgensen, précise que "la législation actuelle ne protège pas assez les animaux". "C‘est difficile de prouver qu’un animal souffre quand il a un rapport sexuel avec un être humain, et c’est pourquoi nous devons accorder à l’animal le bénéfice du doute", a-t-il ajouté.

Danemark, plaque tournante du tourisme zoophile

Une avancée législative puisque le Danemark était un des derniers pays européens où la zoophilie n'était pas un délit. Le fait d'avoir une relation sexuelle avec un animal n'était pas puni par la loi dans le pays "tant que l'animal ne souffrait pas". Une des principales motivations de ce vote pour les parlementaires ? Que le Danemark ne soit pas le dernier pays d'Europe du Nord a autorisé la zoophilie. Selon Dan Jørgensen, le pays risquait de devenir "un refuge pour les personnes ayant un penchant pour la zoophilie".

Seul un parti, l'Alliance libérale, a voté contre cette loi, jugeant que le texte était au mieux une perte de temps, au pire une démonstration de l'Etat imposant un code moral. Le Danemark se retrouve ainsi dans la liste des pays européens ayant adopté des lois empêchant la zoophilie. La France a banni la pratique en 2004. A ce jour, la Hongrie, la Finlande et la Roumanie sont les derniers pays de l'Union européenne où la zoophilie est encore légale

EN SAVOIR + >> Le Danemark veut interdire complètement la zoophilie