Metro a fait le tour de la presse et vous livre le fait divers du jour...

Décidément, à Arras et dans ses environs, dans le Pas-de-Calais, les affaires de trafic ou de consommation de drogue ne sont pas banales. En mars dernier, un étudiant en IUT de passage dans la région pour un concours de création d'entreprises avait à leur insu fait consommer des cookies au haschich à ses camarades et professeurs. Cette fois, les contrevenants pris en flagrant délit en train de fumer un joint dans un établissement scolaire ne sont pas des étudiants... mais des élèves de CM2.

Un petit joint à la récré...

L'affaire évoquée vendredi entre autres par La Voix du Nord et le canal régional de France 3 remonte à une grosse semaine. Le 20 juin, trois garçons âgés de 11 ans ont été surpris dans les toilettes de leur école primaire, à Saint-Laurent-Blangy, la "cigarette" roulée au bec. Signalés à la police par le directeur de l'établissement, les trois préadolescents ont été convoqués ces derniers jours au commissariat d'Arras, ou du moins l'un d'entre eux. C'est que l'écolier en question, un certain Rémi, écrit BFMTV sur son site, ne se contentait pas de consommer du cannabis, il en revendait aussi à ses petits camarades, a révélé l'enquête.

Le jeune dealer volait son consommateur de père

Présenté dès le lendemain en comparution immédiate à un juge des enfants, ce garçon a été placé sous contrôle judiciaire sous le suivi d'un éducateur et dort jusqu'à nouvel ordre dans un centre éducatif renforcé de l'Aide sociale à l'enfance. La mesure semblait s'imposer, car en perquisitionnant au domicile familial, les enquêteurs ont découvert son père en train de fumer lui-même la substance proscrite, a indiqué une source policière, sans qu'il soit question d'un trafic organisé par ce dernier.

Au contraire, il semblerait que pour alimenter son mini-réseau de trafic de drogue en milieu scolaire, le principal suspect chipait la substance à son père et surtout se fournissait chez un adolescent de 17 ans de sa fréquentation, auprès duquel il aurait pris l'habitude de consommer herbe et résine. Pour autant, aux dires d'une parente d'élève interrogée devant la grille de l'école, le petit dealer n'était pas réputé violent, mais tout de même "ingérable".

Cinq suspects, dont quatre mineurs

Le père est poursuivi pour simple consommation de stupéfiants, indique BFM, quant au présumé fournisseur il a lui aussi été déféré jeudi et mis en examen. Comme son petit partenaire, ou son "employé", c'est à déterminer, il a été placé en liberté surveillée préjudicielle, autrement dit sous le contrôle d'éducateurs spécialisés. Enfin, les deux autres enfants de onze ans impliqués, apparemment consommateurs de cannabis, mais pas nécessairement revendeurs, ont aussi été convoqués par le juge, mais seulement à la mi-novembre, a annoncé le vice-procureur, Julien Haquin, ce qui suggère une moindre responsabilité dans cette affaire.