Metronews a fait le tour de la presse internationale et vous livre le fait divers du jour...

C'est le pire cauchemar de n'importe quel parent. Justin Harris, un Américain de 33 ans, est accusé d'avoir entraîné la mort de son fils Cooper, âgé de 22 mois, en l'ayant oublié dans sa voiture. Mi-juin, il l'avait laissé attaché dans son siège auto durant sept heures, en plein soleil, alors qu'il était parti travailler.

Le père plaide l'accident. Il affirme avoir oublié que son enfant se trouvait à l'arrière de sa voiture, et dit s'en être rendu compte seulement après être remonté dans son véhicule en fin de journée. Il ne se serait retourné qu'au bout de quelques minutes après avoir pris le volant. Mais aux yeux de la justice américaine, il ne s'agirait pas d'une simple omission...

Des recherches étranges sur Internet

Des éléments troublants jettent en effet le discrédit sur la version du père. D'abord, selon un agent de police, l'accusé n'a cessé d'envoyer le jour du drame des messages à caractère sexuel et des images explicites à six femmes, dont une adolescente de 16 ans. Selon l'historique de son ordinateur portable, il aurait surtout fait des recherches les jours précédents sur la vie sans enfant, la manière de survivre en prison et regardé à plusieurs reprises des vidéos d'animaux agonisant dans des voitures garées au soleil. Pire, selon les images de vidéosurveillance du parking de son entreprise, le père serait revenu à sa voiture durant la pause déjeuner pour déposer des courses sur le siège conducteur. Autre élément inquiétant : deux assurances vie avaient été prises pour Cooper, dont l'une à hauteur de 20.000 euros.

Selon un policier en charge de l'enquête, Justin Harris et sa femme Leanna sont restés impassibles lorsqu'ils ont appris le décès de leur enfant. La mère du petit garçon aurait même demandé à l'accusé s'il n'en avait pas "trop dit" durant l'interrogatoire. Justin Harris, qui n'a pas été libéré sous caution, est aujourd'hui accusé d'acte de cruauté envers un enfant et de crime. "Il s'agit d'une affaire où la peine de mort pourrait être envisageable", a déclaré le juge Frank Cox à l'issue de l'audience jeudi 3 juillet dans l'Etat de Géorgie, dans le sud-est des Etats-Unis.