Un improbable et terrible accident professionnel est survenu le 6 septembre dans l'Indre, a-t-on appris dans les colonnes de La Nouvelle République. Vendredi, un homme âgé de 34 ans, éboueur de profession et en exercice, est mort sur la chaussée, écrasé entre deux camions-bennes.

L'éboueur est mort sur le coup

L'accident s'est produit vers 19h30 rue de la Poste, une artère piétonne du centre-ville de Châteauroux, où deux véhicules de la communauté d'agglomération procédaient respectivement au ramassage des ordures ménagères et des cartons. Non seulement les deux camions ne roulaient pas vite, mais l'un était à l'arrêt. C'est à l'arrière de ce dernier, sur le marchepied que se trouvait l'éboueur, quand a eu lieu la collision.

"Le second camion, qui ramassait les cartons, est rentré dans le premier (...). L'éboueur s'est alors retrouvé coincé entre les véhicules" a indiqué le sous-préfet de la Châtre, Frédéric Clowez.  "Nous n'avons rien pu faire, lorsque nous sommes arrivés, il était malheureusement décédé", a déclaré à La Nouvelle République le docteur Louis Soulat, à la tête du SAMU 36. La victime "a été tuée sur le coup" a ajouté le commandant des sapeurs-pompiers, Patrick Gressent.

Des témoins, des vidéos et un camion pour comprendre

L'enquête ouverte devra déterminer les circonstances exactes du drame. "Le véhicule roulait très lentement dans cette zone piétonne, la vitesse ne peut donc pas être en cause", a d'ores et déjà affirmé le sous-préfet. Les auditions des témoins, choqués, sont en cours a indiqué une source policière. "Une dizaine de personnes, qui avaient assisté à la scène, ont été rassemblées dans la salle d'un restaurant voisin et prises en charge par le SAMU" ont précisé les pompiers. Le chauffeur du camion qui a écrasé son collègue, traumatisé, a aussi été pris en charge par une cellule psychologique.

D'après le sous-préfet, les causes de l'accident devraient rapidement être élucidées, car "la rue de l'accident dispose de caméras de vidéosurveillance". "Les deux camions-poubelles ont par ailleurs été emmenés dans les ateliers de la police scientifique, afin de déterminer si un problème technique, de freinage par exemple, pourrait être à l'origine de l'accident" a-t-il conclu, toute autre thèse que celle de l'accident semblant exclue.