Metronews a fait le tour de la presse et vous livre le fait divers du jour...

On peut être un délinquant et avoir une morale. La preuve, l'histoire de ce cambrioleur espagnol qui, alors qu'il commettait l'un de ses forfaits, est tombé sur des cassettes vidéo de nature pédophile au domicile de sa victime. Écœuré, il a fini par alerter la police neuf jours après les faits par un appel anonyme, en indiquant avoir déposé lesdites cassettes sous une voiture, avec l'adresse de leur propriétaire présumé.

Sur le colis, un mot du cambrioleur : "j'ai eu le malheur de tomber sur des cassettes vidéos et je me vois dans l'obligation de les remettre pour que vous fassiez votre travail et que vous puissiez mettre ce ... en prison pour la vie". Sur les cassettes, "des agressions sexuelles sur des enfants d'environ 10 ans", ont déclaré les enquêteurs, qui ont pu confondre l'entraîneur de foot incriminé par le dénonciateur.

Quatre mineurs identifiés

Pour l'heure, "quatre mineurs victimes depuis six ans d'abus et agressions sexuelles" ont été identifiés, a affirmé la police. L'entraîneur de football "gagnait la confiance des enfants dans les locaux du club et les convainquait de regarder avec lui des films pornographiques. Il incitait ensuite les petits à se masturber et finalement abusait d'eux sexuellement", explique-t-elle.

En novembre, le milieu du football avait déjà été frappé par une affaire de pédophilie : un entraîneur avait été arrêté près de Madrid et placé en détention, accusé d'avoir commis des sévices sexuels sur sept jeunes filles de 12 à 18 ans. Une nouvelle sordide affaire, donc, qui éclipse pour l'instant les forfaits du cambrioleur, dont on n'a toujours pas retrouvé la trace.