Les douaniers de la ville du Havre (Seine-Maritime) viennent d'annoncer ce vendredi dans un communiqué à l' AFP avoir saisi 3.300 saladiers en plastique, importés, directement de Hong Kong en Chine. La raison invoquée ? Les saladiers seraient "potentiellement cancérigènes", à cause d'une substance chimique détectée sur les ustensiles, et présents en quantités très supérieures aux taux maximum autorisés par les normes de l'Union européenne. Les saladiers vont être détruits.

Cette substance, nommée formaldéhyde, "se diffuse dans les aliments lorsque ceux-ci sont chauffés. Plus la température est élevée, plus le taux de migration des éléments nocifs augmente", expliquent les douanes, qui ajoutent aussi que ces saladiers contiennent un taux de formaldéhyde presque 30 fois supérieur à la norme maximale autorisée par l'Union Européenne.

4 millions d'ustensiles plastique importés de Chine

Ce n'est pas la première fois que les douanes françaises sont confrontées à ces saladiers toxiques chinois, loin de là. En juin dernier, elles ont procédé au contrôle de 11.500 saladiers faits en mélamine, qui se sont révélées au final sans risques.

Depuis 2011, la Commission européenne préconise aux Etats membres de l'UE une mise sous surveillance des articles de cuisine en plastique polyamide et mélamine en provenance de Chine. La douane française a tenu à souligner qu'elle contrôle systématiquement ces articles lorsqu'ils sont importés sur le territoire français. "Cette vigilance a permis d'assainir progressivement le marché des ustensiles en nylon et polyamide en provenance de Chine".

Il est vrai que depuis début 2013, seuls ces 3.300 saladiers se sont avérés toxiques. Ce qui est extrêmement faibles par rapport auxs 4 millions d'ustensiles plastique polyamide et mélamines importés de Chine ou de Hong Kong chaque année en France, insiste la Direction générale des Douanes. 140.000 de ces ustensiles à risque avaient été saisis pour la seule année 2011.