Ils étaient trois à être mis en examen dans le cadre de l'affaire Merah. Le parquet de Paris a demandé un procès aux assises spéciales pour le frère de Mohamed Merah, Abdelkader, ainsi qu'un autre homme, Fettah Malki. Le premier est poursuivi pour complicité d'assassinats lors des tueries de mars 2012 à Toulouse et Montauban. Le deuxième est soupçonné d'avoir fourni un pistolet mitrailleur Uza et un gilet pare-balles au tueur. En revanche, le ministère public a demandé au juge de prononcer un non-lieu en faveur de Mohamed Meskine, "faute d'avoir pu établir avec certitude son implication". Il était suspecté d'avoir volé avec les deux frères le scooter utilisé lors des tueries.

Un "soutien logistique"

Concernant Abdelkader Merah, le parquet considère qu'il a rencontré "son frère à des moments clés" et lui a fourni un "soutien logistique", notamment en l'aidant à voler le scooter. Il n'a pas contesté avoir été présent lors du vol mais a assuré que son frère avait agit à son insu

Il appartient désormais aux juges d'instruction en charge de ce dossier de décider d'un renvoi ou non devant la cour d'assises spéciales de Paris. Compétente en matière de terrorisme, cette cour est composée spécialement de magistrats professionnels et non d'un jury populaire. Les avocats des différentes parties ont dix jours pour "adresser leurs observations au juge", indique le parquet dans un communiqué. 

Mohamed Merah a tué à Toulouse le 11 mars 2012 un militaire de 30 ans, puis le 15 deux parachutistes de Montauban. Le 19 mars, il assassinait dans une école juive de Toulouse quatre personnes dont trois enfants.