Jeudi 24 mars, Salah Abdeslam était interrogé par les enquêteurs belges. Il a reconnu avoir eu un rôle logistique dans la tenue des attentats du 13 novembre, tout en se dédouanant d'un quelconque rôle d'organisateur. Le cerveau, "c'est Abaaoud", a-t-il déclaré, fait apparaître le contenu de cette audition dévoilée ce vendredi par BFMTV.

Selon Abdeslam, Abdelhamid Abaaoud, abattu à Saint-Denis le 18 novembre, serait donc l'organisateur des attentats. Lui n'aurait fait que "louer des voitures et des hôtels" pour les terroristes. "J'ai fait ça à la demande de mon frère Brahim", se justifie-t-il.

EN SAVOIR + >> Rôle d'Abdeslam, bilan, enquête... L'essentiel à retenir, deux jours après les attentats

Attentat-suicide avorté

"Lors de la soirée des attentats, j'étais dans la voiture Renault Clio avec Bilal Hadfi et deux autres personnes dont j'ignore le rôle, raconte encore aux enquêteurs Salah Abdeslam. Je conduisais la voiture, je devais me rendre au Stade de France pour me faire exploser au sein du stade avec mes complices."

Dans ce compte rendu de l'audition que s'est procuré BFMTV, Salah Abdeslam explique qu'il devait "rentrer comme un client dans le Stade de France", mais qu'il n'avait "pas de billet". Il avoue alors : "J'ai renoncé lorsque j'ai stationné le véhicule. J'ai déposé mes trois passagers, puis j'ai redémarré. J'ai roulé au hasard."

Le responsable, "c'est Abbaoud"

Aux enquêteurs, Salah Abdeslam a confirmé le chiffre de neuf terroristes tués, parmi lesquels il affirme ne connaitre que Bilal Hadfi, Chakib Akrouh et son frère Brahim. "Chaque fois que j'ai dû payer des choses pour préparer ces attentats, l'argent venait de Brahim", continue Salah Abdeslam, précisant que c'est son frère qui lui a fourni sa ceinture d'explosifs. En fuite, Abdeslam n'aurait contacté que Mohamed Abrini, toujours recherché.

Quant à la responsabilité des attentats de Paris, Salah Abdeslam l'affirme : "C'est Abaaoud. Je le sais via mon frère Brahim. C'est lui qui m'a expliqué que Abaaoud était le responsable. J'ai vu Abaaoud à Charleroi la nuit du 11 au 12 novembre 2015. C'est la seule fois que j'ai vu Abaaoud de ma vie." Sauf que, en 2010, Abaaoud et Abdeslam avait été condamnés ensemble pour un braquage...

A LIRE AUSSI
>> 
Six arrestations à Bruxelles en lien avec les attentats
>> 
Opération antiterroriste à Argenteuil : "Les policiers nous ont demandé de sortir très rapidement"
>> 
Projet d'attentat déjoué : le suspect condamné avec Abaaoud à Bruxelles en juillet