L'épilogue d'un fait divers tragique. Fin janvier, trois enfants, âgés de 4, 8 et 11 ans avaient suscité beaucoup d'émotion quand les autorités avaient découvert qu'ils avaient tenté de dissimuler la mort de leur père de peur d'être séparés. Ce dernier vivait en effet seul depuis la disparition de sa femme il y a six mois. Le corps de son épouse a été découvert jeudi dans un puits du domicile familial.

Avec le soutien d'une équipe cynophile, les gendarmes - qui avaient ouvert une information judiciaire pour disparition inquiétante - ont découvert le corps de cette infirmière de 37 ans dans l'eau au fond d'un puits perdu. Ce dernier est situé dans une grange à l'arrière de la maison, a expliqué à l'AFP le procureur de Verdun Yves Le Clair. "Même si le corps est dégradé, il y a la même corpulence, la même taille, un piercing et une trace de tatouage" correspondant à la description de la personne recherchée, a expliqué le procureur.

Les trois orphelins assistés psychologiquement

Des examens scientifiques et techniques, avec tests ADN et du schéma dentaire, seront menés afin de confirmer ces premières observations, et aussi afin de déterminer la cause du décès. Car cette dernière demeure inconnue à ce jour : le lieu de la macabre découverte n'est "pas naturel" et semble indiquer une "manœuvre de dissimulation", a en effet estimé Yves Le Clair. Autant de raisons qui ont poussé les enquêteurs à travailler durant la nuit, s'affairant à placer documents et pièces sous scellés.

De peur d'être séparés, le fils aîné et ses deux sœurs cadettes avaient d'abord dissimulé la mort de leur père à leur entourage, en restant seuls auprès du corps pendant plus de 24 heures et en allant normalement à l'école. Une des fillettes s'était finalement confiée à son enseignante. Celle-ci a alors prévenu les autorités, qui tentaient vainement depuis lors de retrouver la trace de la mère. Le père lui "ne travaillait pas et s'occupait des enfants et de travaux de rénovation dans la maison", selon Yves Le Clair, qui évoque "un couple avec une vie sociale extrêmement limitée", sans amis proches, habitant une maison sans voisins directs. Placés ensemble depuis le mois dernier dans une famille d'accueil, les trois jeunes orphelins vont être assistés par un dispositif psychologique.