Il y a un mois, le grand mufti d'Arabie saoudite, le cheikh Abdel Aziz Al-Cheikh, lançait une fatwa contre le jeu d'échecs, qui serait selon lui interdit par l'islam. Voici son explication : "C'est une perte de temps et d'argent et (ils) provoquent l'animosité entre les joueurs". Pour rappel, une fatwa est un avis religieux, qui jugerait d'un phénomène qui n'est pas prévu par le Coran. Ce n'est pas une loi.

Les vuvuzelas, ça fait mal aux oreilles
En 2010, après la Coupe du monde de football en Afrique du Sud, une fatwa en provenance des Emirats arabes unis interdit la vuvuzela. Dans les faits, l'Autorité générale des affaires islamiques du pays n'autorise pas que le son d'une trompette dépasse les 100 décibels, et la vuvuzela monte jusqu'à 127 décibels. De justesse, comme par hasard.

Les pokémons, c'est Israël !!!
Depuis mars 2001, les Pokémon sont interdit de séjour en Arabie Saoudite. Une fatwa du cheikh Abdelaziz ben Abdallah expose trois arguments contre : les cartes Pokémons ressemblent à un jeu d'argent, ce jeu est fondé sur la théorie de l'évolution de Darwin, et enfin, les cartes "comportent des étoiles à six branches, symbole du sionisme international et de l'Etat d'Israël". Rien que ça !

Les bonhommes de neige ont une âme
Cet hiver, il a beaucoup neigé en Arabie Saoudite. Alors, le cheik Mohammad Saleh Al Munadjid a fait un fatwa pour interdire les bonhommes de neige, qu'il juge "anti-islamique". Le problème est le suivant : "Dieu a accordé aux gens la liberté de construire tout ce qu’ils veulent, à condition que ça ne contienne pas d’âme: des arbres, des bateaux, des fruits, des habitations…". C'est la reine des neiges qui va râler !

Les croissants, devoir de mémoire
Cette fatwa nous provient d'un comité d'Alep, en Syrie. En 2013, il considère le croissant (celui du petit déjeuner) comme étant un symbole de "l'époque coloniale" qui représentent "la victoire des Européens sur les musulmans". Et du coup, qu'est-ce qu'on a au petit déj' ?

Manchester United sort de ce corps !
En juillet 2010, plusieurs hauts responsables religieux de Malaisie interdisent aux croyants de porter le maillot du club de football de Manchester. Pourquoi ? Parce que "le diable" est représenté sur l'écusson... En plus, le surnom du club est "les Red Devils", les diables rouges. Pas discret, le Malin !

Les mini-jupes, causes des tremblements de terre
L'Iranien Hajatosalem Kazem Sedigha a réussi la prouesse d'interdire les mini-jupes pour des raisons géologiques : "Les femmes qui ne s'habillent pas de façon modeste tentent les hommes, corrompent leur chasteté et propagent l'adultère dans la société, ce qui augmente les tremblements de terre". Comment dire...

Les bananes, les concombres et les selles de vélo, c'est non !
Cette ancienne fatwa concerne uniquement les femmes. Elle provient d'un religieux égyptien qui avait décidé d'interdire aux femmes de toucher bananes et concombres, à cause de leurs formes phalliques. Une autre fatwa, celle-ci du Cheikh Kamel Al-Faïdy, interdit aux femmes de faire du vélo, car "enjamber la selle du vélo suscite chez la femme une excitation sexuelle". L'histoire ne dit pas ce qu'il se passe pour les hommes qui vont au marché en vélo...

Les carottes, c'est à volonté !
Le cheikh marocain Zamzami a émis cette fatwa pour permettre aux femmes de se faire plaisir avec des carottes, argumentant que pendant que les jeunes filles se masturbent, elles ne commettent pas de pêchés avant le mariage. Logique, non ?

Mickey Mouse = Satan
En 2008, le cheikh saoudien Mohammed al-Mounajid (le même que pour les bonhommes de neige), demande l'extermination de toutes les souris, y compris celles dessinées, dont fait partie Mickey Mouse. L'érudit a ajouté que "derrière cette image se cache Satan".

Les ralentisseurs, ça ralentit
En 2013, le Conseil des Oulémas d'Indonésie met une fatwa sur les ralentisseurs et autre dos d'ânes, car ils entraveraient la liberté de circulation et provoqueraient des accidents. Ce Conseil est très réputé en matière de fatwas incongrues. On lui doit l'interdiction du gel dans les cheveux, des feux d'artifice ou de trop regarder de talk-show à la télévision. Des champions !

Les gens, ça pense
On n'oubliera pas la fatwa qui visait Charb'. On peut de la même façon citer l'auteur algérien Kamel Daoud, l'écrivain Salman Rushdie, l'imam de Bordeaux Tareq Oubrou ou encore l'imam de Drancy Hassen Chalghoumi (et bien d'autres), tous visés par une fatwa réclamant leurs morts. Comme disait l'autre : "Ceux-là ont-ils jamais lu le Coran ?"

A LIRE AUSSI
>> Un activiste salafiste lance une fatwa sur Facebook contre l'écrivain Kamel Daoud
>> Sania Mirza, n° 1 mondiale en double, malgré les fatwas et les menaces des islamistes