"J'ai décidé d'étendre aux cigarettes électroniques les mesures appliquées au tabac". La petite phrase, glissée il y a trois semaines par la ministre de la Santé Marisol Touraine à l'occasion de la journée mondiale sans tabac, laissait présager une batterie de mesures contre la e-cigarette. La première d'entre elle a été votée ce jeudi avec un amendement PS interdisant la vente aux moins de 18 ans, dans le cadre du projet de loi sur la consommation.

"La cigarette électronique n'est pas un produit banal, qu'il ne faut pas inciter à fumer car elle peut amener des jeunes et des moins jeunes à commencer par là et à se tourner ensuite vers la cigarette traditionnelle", a lancé Marisol Touraine. La ministre de la Santé a expliqué qu'il fallait être "attentif" pour "ce produit qui n'est pas banal" et qui "incite des jeunes" à fumer. La e-cigarette, réputée moins coûteuse et dangereuse que le tabac, permet en effet à un fumeur de relâcher l'emprise de la cigarette mais pas forcément de se défaire véritablement de l'addiction à la nicotine.

Un million d'adeptes de la cigarette électronique 

Rappelant le chiffre d'un million d'adeptes de la cigarette électronique et les conclusions du rapport Dautzenberg, la ministre a expliqué que "se développe autour de la cigarette électronique un effet de mode qui amène des jeunes et des moins jeunes à se tourner vers ce nouveau produit comme un accessoire d'attitude, de mode, comme a pu l'être la cigarette elle-même il y a quelques années".

Cette interdiction est une première victoire pour Marisol Touraine, laquelle n'entend pas en rester là. "Ce dispositif sera complété dans quelques jours par une circulaire qui interdira la publicité pour la cigarette électronique dans les mêmes conditions que se trouve interdite la publicité pour la cigarette tout court", a annoncé la ministre. Avant de prévenir : "Nous travaillons à la manière dont elle peut être interdite dans les lieux publics." Avis aux amateurs.