Après les avocats, les gardiens de la paix se mobilisent. A l'instar des robes noires, les fonctionnaires de police ont également eu la mauvaise surprise de découvrir dans le projet de loi de Finances la remise en cause de l'une de leurs indemnités. Instituée il y a plusieurs dizaines d'années, l'indemnité de sujétion, plus communément appelée ISSP - qui compense le statut spécial des policiers soumis à une restriction, voire un retrait du droit de grève - pourrait être réduite.

La baisse concernerait les élèves policiers, tandis que les gradés et les gardiens de la paix assumeraient un report de plus de neuf mois du paiement de leur prime. Une prime non négligeable, puisqu'elle correspond depuis 2008 à 26% du traitement mensuel brut des fonctionnaires concernés.

Manifestations à Paris, Marseille, Lyon, Bordeaux...

Mobilisés ces dernières semaines - ce qui n'était plus arrivé depuis plusieurs années -, les syndicats de policiers mènent déjà des actions de grève des PV et doivent, pour une partie du moins, se mobiliser mardi dans plusieurs grandes villes de France.

Si l'appel à manifester n'est porté que par UNITE SGP POLICE – FO, ce syndicat devrait rassembler plusieurs centaines de fonctionnaires dans la matinée devant les préfectures de région à Marseille, Lyon, Bordeaux, Rennes, Lille ou encore Strasbourg, puis en milieu de journée devant le Ministère de l'Economie et des Finances à Paris. Une mobilisation au cours de laquelle, l’organisation représentative dénoncera l'atteinte faite à l'ISSP mais également les conditions de travail des fonctionnaires de police.